Magnussen déplore une "erreur de jugement" d'Albon

partages
commentaires
Par :

S'il ne se montre pas trop sévère avec Alexander Albon, Kevin Magnussen est forcément déçu d'avoir été contraint à l'abandon dès le début du Grand Prix de Grande-Bretagne par un accrochage avec le pilote Red Bull.

Pour la première de deux courses de Formule 1 prévues sur le circuit de Silverstone, il paraissait peu probable qu'Alexander Albon et Kevin Magnussen se croisent en piste, l'un disposant de l'une des meilleures monoplaces du plateau, l'autre devant composer avec l'une des moins véloces. Ils étaient pourtant 12e et 14e sur la grille de départ respectivement.

Lire aussi :

Auteur d'un bel envol, Magnussen était même 12e devant Albon à l'issue du premier tour ; le Danois est toutefois sorti large de l'avant-dernier virage, et Albon a plongé dans une ouverture qui s'est refermée sur lui, envoyant la Haas dans le bac à gravier. Les commissaires ont infligé une pénalité de cinq secondes au pilote anglo-thaïlandais.

"Le temps de le voir, il était bien trop tard pour que je lui laisse de la place", analyse Magnussen. "Je pense qu'il pouvait très facilement attendre, de toute façon. Sa voiture était bien plus rapide, il m'aurait facilement dépassé. Il l'aurait même sûrement fait dans le virage suivant. Clairement, il n'avait aucune mauvaise intention : il a simplement commis une erreur de jugement."

Alexander Albon et son directeur d'équipe Christian Horner, eux, considèrent que cet accrochage est un incident de course. "Kevin est sorti de la piste, et vu la manière dont il y est revenu, il y avait un espace initialement", souligne Albon, qui s'est finalement classé huitième à la faveur de deux crevaisons tardives pour Bottas et Sainz. "Je me suis rendu compte qu'il ne me voyait pas, que l'ouverture se refermait très vite, et j'ai essayé de m'en extraire. Mais je me rapprochais trop vite. J'ai eu ces dégâts, c'est dommage. Le rythme de course n'était pas trop mauvais, la huitième place n'est pas ce que je veux, mais j'ai sauvé les meubles."

Horner ajoute : "Si l'on regarde depuis le début, Kevin a commis une erreur, il est sorti large, Alex y a mis son nez puis a levé le pied. Ça arrive. Je n'ai pas été trop surpris par la pénalité, cela pouvait aller dans un sens comme dans l'autre."

Sans surprise, l'état d'esprit est quelque peu différent dans le camp de l'écurie Haas, dont le directeur Günther Steiner déplore une sanction trop laxiste – en particulier par rapport à celle de dix secondes infligée à ses pilotes en Hongrie.

"Le système de pénalité ne fonctionne pas bien", affirme Steiner sans détour. "C'était clairement de la faute [d'Albon] puisqu'il a été pénalisé, mais il a reçu cinq secondes et nous avons abandonné. En Hongrie, nous n'avons causé de dégâts à personne et nous n'avons pas vraiment été avantagés car nous nous sommes pénalisés nous-mêmes en partant de la pitlane. La sanction n'est pas toujours appropriée pour l'infraction."

P. Pilote Constructeur Tours Ecart
1 United Kingdom Lewis Hamilton
Mercedes 52
2 Netherlands Max Verstappen
Red Bull 52 5.856
3 Monaco Charles Leclerc
Ferrari 52 18.474
4 Australia Daniel Ricciardo
Renault 52 19.650
5 United Kingdom Lando Norris
McLaren 52 22.277
6 France Esteban Ocon
Renault 52 26.937
7 France Pierre Gasly
AlphaTauri 52 31.188
8 Thailand Alexander Albon
Red Bull 52 32.670
9 Canada Lance Stroll
Racing Point 52 37.311
10 Germany Sebastian Vettel
Ferrari 52 41.857

Mercedes a failli changer les pneus de Hamilton pour le dernier tour

Article précédent

Mercedes a failli changer les pneus de Hamilton pour le dernier tour

Article suivant

Bottas "ne peut pas se permettre" de manquer les points

Bottas "ne peut pas se permettre" de manquer les points
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Grande-Bretagne
Lieu Silverstone
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel