Magnussen déplore un crash "très étrange"

Parti à la faute à la fin des Essais Libres 3 du Grand Prix du Canada et endommageant trop sa Renault R.S.16 pour participer aux qualifications, Kevin Magnussen reste quelque peu perplexe quant aux circonstances de son accident.

Magnussen déplore un crash "très étrange"
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16
Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team RS16
Le châssis de Kevin Magnussen, Renault Sport F1 Team R.S.16

C'est à treize minutes de la fin de la séance que Magnussen a perdu le contrôle de sa monoplace à la sortie du virage 6, percutant le mur extérieur. Bien que la vitesse de l'accident fût plutôt faible, tout le côté gauche de sa voiture a été endommagé.

"C'était un tour de sortie des stands. Très étrange", commente le Danois pour Motorsport.com. "Nous avons mis un train de pneus que j'avais déjà utilisés et ils n'avaient pas été réchauffés par les couvertures chauffantes. Ils n'ont pas eu le temps de chauffer, et nous les avons mis sur la voiture et ils étaient très glissants."

"C'est bizarre, parce que nous l'avions fait auparavant et les pneus allaient. Mais peut-être que la température de la piste était si basse que ça n'a pas fonctionné, et j'ai été pris à défaut. Je sortais du virage, j'ai pris une bosse et la voiture m'a complètement échappé. Et j'ai percuté le mur."

Une fenêtre étroite

Dans un contexte où les températures sont fraîches ce weekend à Montréal, les caractéristiques des gommes ultratendres ne semblent pas avoir aidé Magnussen.

"La fenêtre est très étroite", confirme le pilote Renault. "Ce n'est pas comme le supertendre, on le met et il marche toujours. Le medium marche toujours."

"On le fait surchauffer très facilement, mais pour l'ultratendre, c'est une fenêtre très étroite. C'est clair. Je suis pilote, je pilote une voiture ; il faut que je la tienne à l'écart des murs. C'est ma responsabilité. Mais je me suis vraiment fait prendre par surprise."

Tout n'est pas perdu

Magnussen devra donc s'élancer des stands, mais le Danois préfère voir le verre à moitié plein, d'autant que les Renault peinent à s'extirper du fond de grille depuis le début de la saison.

Lorsque nous lui avons demandé ce qu'il pouvait sauver de la course, il a répondu : "Tout ! On ne s'en tire pas tellement moins bien que ça, en fait."

"J'aurais peut-être pu me qualifier 15e ou 16e, donc ce n'est pas tellement moins bien. Et nous pouvons choisir en cas de pluie, car nous partons des stands. Il y a toujours des points positifs."

Propos recueuillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Allison lié à Ferrari malgré la rumeur Renault

Article précédent

Allison lié à Ferrari malgré la rumeur Renault

Article suivant

Comment Ferrari a pu mettre fin à ses problèmes en qualifications

Comment Ferrari a pu mettre fin à ses problèmes en qualifications
Charger les commentaires