Formule 1
C
Grand Prix de Bahrein
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
29 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
78 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
91 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
113 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
134 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
148 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
162 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
190 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
197 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
211 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
218 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
246 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
253 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
267 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
281 jours

Haas pense avoir compris son manque de rythme

partages
commentaires
Haas pense avoir compris son manque de rythme
Par :
11 avr. 2019 à 07:51

Kevin Magnussen a révélé que l'écurie américaine avait probablement trop orienté les réglages de sa monoplace vers un rythme de qualifications lors du dernier Grand Prix, ce qui expliquerait le delta de performance avec celui affiché ensuite en course.

Kevin Magnussen est arrivé plutôt rassuré en Chine ce jeudi, en grande partie grâce aux essais réalisés à Bahreïn la semaine dernière. Les deux jours de tests auraient permis à Haas de comprendre des éléments importants suite à sa mauvaise performance en course lors du deuxième Grand Prix de la saison.

L'écurie américaine était clairement la quatrième force du plateau en qualifications, avec une sixième place prometteuse décrochée par Magnussen sur la grille, mais tout s'est effondré le dimanche. En manque de rythme et en proie à une concurrence très forte dans le peloton, le Danois a vu les points s'éloigner peu à peu, avec finalement une anonyme 13e place à l'arrivée. Deux jours plus tard, Haas a pu chercher des réponses à ce soudain manque de performance.

Lire aussi:

"Le point positif, c'était d'avoir des essais juste après", souligne Kevin Magnussen. "Le fait d'avoir des tests après un mauvais week-end est un peu une chance, j'imagine. Nous avons pu reproduire les conditions et apprendre directement des éléments au sujet des problèmes que nous avons rencontrés sur le même circuit, quelques jours plus tard. Nous avons trouvé des choses intéressantes qui pourraient être les raisons [du manque de performance]. Je ne pense pas qu'il n'y en ait une seule, c'est une combinaison de choses qui se sont mal passées et nous n'étions pas dans la bonne fenêtre."

Une fenêtre de performance très réduite

Magnussen insiste sur la diversité des facteurs qui ont envoyé Haas sur le mauvais chemin. Néanmoins, l'erreur principale qui semble avoir été commise est d'avoir optimisé un peu trop la VF-19 pour la séance de qualifications, ce qui s'est ensuite ressenti sur les longs relais.

"Pendant la course, on pense que quelque chose a cassé sur la voiture car c'est assez dur à accepter d'être aussi peu compétitif d'un jour à l'autre", concède le Danois. "Au final, notre voiture était juste trop orientée vers des réglages pour un rythme sur un tour. Que ce soit au niveau de l'appui aérodynamique, de la gestion des pneus ou de tout le setup, elle n'était probablement pas bonne pour un long relais. Lors des deux premiers tours de la course, ça allait et je me suis dit que c'était correct. Puis à partir du troisième tour, ça s'est dégradé."

Kevin Magnussen, Haas F1, parle à la presse

"Nous avions beaucoup d'appui sur la monoplace, donc sans DRS nous étions plutôt lents, et très faciles à doubler. Je ne pouvais maintenir personne derrière moi. C'était très difficile mais comme je l'ai dit, nous avons trouvé des choses intéressantes lors des essais. Nous savons que la voiture est bonne, elle s'est qualifiée sixième le samedi. C'était un mauvais dimanche, mais ça peut venir uniquement des pneus et du setup."

Pourtant, Magnussen reconnaît qu'il y avait des signes avant-coureurs dès les essais libres : "Nous avions vu que notre rythme sur les longs relais n'était pas très compétitif, donc nous étions un peu sceptiques. Mais lorsque l'on passe une excellente journée en qualifications, on se dit que tout va bien". 

"Avec ces pneus, c'est toujours un défi de les faire entrer dans la bonne fenêtre à la fois en qualifications et en course. Ils ont une très petite fenêtre de performance, et il y a de nombreuses choses qui peuvent affecter leur performance au niveau du set-up, des températures et du refroidissement. Tout ce que l'on fait sur la voiture a un effet sur les pneus."

Pour ne pas revivre sa mésaventure de Sakhir, Haas a également apporté en Chine un nouvel aileron arrière avec moins d'appui, qui devrait permettre de réduire la traînée. Un élément qui n'était pas prêt pour le dernier Grand Prix et qui pourrait faciliter la tâche dans la quête d'un meilleur compromis pour les réglages entre qualifications et course.

 
Article suivant
Russell avec un casque inspiré de Montoya

Article précédent

Russell avec un casque inspiré de Montoya

Article suivant

Russell n'emporte pas chez Williams les secrets de Mercedes

Russell n'emporte pas chez Williams les secrets de Mercedes
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Chine
Catégorie Jeudi
Lieu Shanghai International Circuit
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine