Maldonado - Rester à l'heure européenne à Singapour, c'est facile!

Pastor Maldonado n'a jamais marqué de points à Singapour malgré une deuxième place sur la grille de départ en 2012. Sa cinquième course à Marina Bay sera-t-elle la bonne?

C'est en tout cas envisageable, car tout comme son coéquipier Romain Grosjean, Maldonado a remarqué que la Lotus E23 était capable de se distinguer sur tous types de tracés.

"Singapour est un événement fantastique, c'est un circuit fun et nous avons une super voiture," affirme le Vénézuélien. "Nous avons montré sur de nombreux circuits différents que nous pouvions être performants, cette année, donc c'est une nouvelle course où nous voulons réaliser une performance solide."

La traction est fondamentale

Quels sont les aspects les plus cruciaux pour être performant à Singapour?

"La traction est fondamentale à Singapour, c'est vraiment un facteur important," explique Maldonado. "C'est parce que les virages sont généralement lents et serrés, donc la façon dont on en sort est critique pour assurer un bon temps au tour. Puis, il y a toutes les choses qu'il faut habituellement pour un tour rapide. C'est un tracé où on ne peut pas faire d'erreurs car les murs sont très proches."

"Dans l'ensemble, c'est un circuit très exigeant où on n'a vraiment pas le temps de se reposer. On est constamment en train de tourner ou de freiner et il n'y a que deux courtes lignes droites, pas assez pour vraiment se reposer. Mais j'aime ça, car on se met dans le rythme en allant vite. Physiquement, c'est dur car l'humidité est très élevée et la course très longue, bien plus longue que Monza par exemple."

Un tarmac plus frais

L'un des charmes du Grand Prix de Singapour est le fait qu'il est disputé de nuit ; ce fut même la première course de l'Histoire de la Formule 1 à avoir cette caractéristiques, dès la première édition en 2008. Pour Maldonado, cela ne représente toutefois pas une grande différence.

"Pour être honnête, il n'y a pas grande différence entre courir le jour ou la nuit," estime le pilote Lotus. "La principale raison est assez simple : quand on pilote, on ne regarde pas vers le haut, on se concentre toujours sur ce qui est droit devant."

"Le grand changement, c'est la température du tarmac, qui est un peu plus frais la nuit. Donc nous avons une approche légèrement différente à cause de cela. Il nous faut adapter notre style un peu et nous assurer de mettre les pneus en température autant que possible."

Ne pas s'adapter au décalage horaire serait-il aisé?

À cause du fait que la course est nocturne, les pilotes doivent éviter de s'adapter au décalage horaire de façon à se lever et à se coucher environ six heures plus tard qu'ils ne le feraient normalement. Un défi? Pas pour Maldonado.

"Bien que certains disent que c'est dur, je trouve que ce n'est pas trop difficile," déclare le pilote vénézuélien. "Une fois qu'on en a fait l'expérience, on s'habitue à cette façon de vivre et ce n'est que pour quelques jours de toute façon."

"Les exigences physiques sont bien plus dures à cause de l'humidité extrême, donc je m'assure d'être très bien hydraté lors des jours qui précèdent la course et bien sûr quand je suis au volant. C'est probablement la partie la plus importante de notre préparation," conclut-il.

Pour Maldonado, le plus important sera en tout cas de finir la course, après huit abandons en douze Grands Prix.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Singapour
Circuit Singapore Street Circuit
Pilotes Pastor Maldonado
Équipes Lotus F1
Type d'article Preview
Tags presentation