Mansour Ojjeh, figure importante de McLaren, est mort

Actionnaire de McLaren depuis 1984 et partie intégrante des succès de l'écurie de F1 dans les décennies qui ont suivi, Mansour Ojjeh est décédé ce dimanche, à l'âge de 68 ans.

Mansour Ojjeh, figure importante de McLaren, est mort

C'est un pan entier de l'histoire de l'écurie McLaren qui disparaît avec la mort de Mansour Ojjeh.

Homme d'affaires franco-saoudien, il fut le dirigeant de TAG (Techniques d'Avant-Garde, une holding notamment spécialisée dans l'aviation et les sports mécaniques), compagnie fondée par son père Akram dans les années 1970. Après avoir sponsorisé Williams au début de la décennie suivante, elle entra au capital de McLaren au milieu des années 1980, dans le contexte du retour de la marque aux avant-postes dans la discipline, sous l'impulsion de la fusion avec la structure "Project 4" de Ron Dennis. TAG contribua notamment au financement du moteur Porsche qui contribua aux titres 1984, 1985 et 1986 de l'écurie.

C'est avec Ojjeh parmi ses dirigeants que l'écurie devint dans les années 1980 et au début des années 1990 l'un des ogres du championnat, avec de nombreuses victoires et plusieurs titres mondiaux glanés par Niki Lauda, Alain Prost et Ayrton Senna. D'autres succès mondiaux furent remportés à la fin des années 1990 (avec Mika Häkkinen) et à la fin des années 2000 (avec Lewis Hamilton).

McLaren a annoncé la nouvelle du décès de celui qui était encore aujourd'hui détenteur de 25% du capital de l'entreprise. "M. Ojjeh est décédé paisiblement ce matin à Genève, à l'âge de 68 ans, entouré de sa famille", a fait savoir l'écurie.

C'est ensuite Zak Brown, PDG de McLaren Racing, qui a fait part de sa tristesse : "Le décès de Mansour Ojjeh a bouleversé tout le monde chez McLaren Racing. Mansour est gravé dans le cœur et l'âme de cette équipe depuis près de 40 ans et a joué un rôle intrinsèque dans son succès. Il avait l'esprit de la course en lui. Ultra compétitif, déterminé, passionné et surtout, ce qui est peut-être sa principale caractéristique : fair-play. Quelle que soit l'intensité de la bataille, Mansour faisait toujours passer le sport en premier."

"Mansour était un titan de notre sport, pourtant modeste, humble, au charme désarmant pour tous ceux qu'il rencontrait. Facile à vivre, plein d'esprit et d'humour, il a touché tous ceux qui ont eu la chance de le connaître. Son amour pour cette équipe était manifeste pour tout un chacun et ceux d'entre nous qui ont eu le privilège de travailler pour McLaren se souviendront de Mansour comme d'un personnage impressionnant et pourtant humble, humain, tel un père, qui nous a montré au niveau le plus individuel et personnel comment vaincre l'adversité et être combatif. Il restera dans la mort ce qu'il était dans la vie : une source d'inspiration constante pour nous tous chez McLaren comme en dehors."

partages
commentaires
Comment Hamilton s'est remis d'un "désastre" à Bakou
Article précédent

Comment Hamilton s'est remis d'un "désastre" à Bakou

Article suivant

Norris estime avoir reçu une pénalité "injuste"

Norris estime avoir reçu une pénalité "injuste"
Charger les commentaires