Marchionne - Ferrari "travaille sans relâche" à Maranello

partages
commentaires
Marchionne - Ferrari
Par : Basile Davoine
Co-auteur: Léna Buffa
16 janv. 2017 à 08:00

Le président de Ferrari souligne l'énorme investissement de son écurie pour préparer la nouvelle monoplace. Il confie aussi son plus grand regret concernant la saison passée.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sergio Marchionne, président de Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari teste les pneus Pirelli 2017
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Arrêt aux stands de Kimi Raikkonen, Ferrari F60

Ferrari sort d'une saison 2016 vierge de toute victoire, durant laquelle l'écurie italienne a chuté au troisième rang de la hiérarchie et a vu Red Bull s'installer aux avant-postes pour cueillir les deux seuls succès que Mercedes a laissé échapper. Tandis que 2015 s'était terminée sur de belles promesses, l'embellie n'a donc pas perduré, et c'est un Sergio Marchionne très prudent qui évoque le défi à venir.

Prudent, mais toujours ambitieux, le président de Ferrari loue le travail acharné de son équipe à Maranello, où l'on travaille nuit et jour sur la monoplace 2017 qui sera présentée le 24 février prochain.

"L'équipe travaille sans relâche", assure Marchionne au Corriere dello Sport. "À Noël, ils n'ont pris que deux jours de vacances. Il semble que la voiture soit bonne, je veux dire par là que le moteur tourne formidablement bien sur le banc d'essai. Mais cette fois, on ne m'aura pas : attendons de voir ce qui se passera quand nous allons l'allumer et quand nous prendrons la piste. Quoi qu'il en soit, le travail qu'ils sont en train de fournir est énorme - moteur, aérodynamique, nouveau règlement."

"Les membres de l'équipe sont d'une transparence totale. […] Ils m'informent de tout en temps réel. Et je suis également très satisfait de la façon dont travaille l'équipe de production."

Interventionnisme tardif

Il y a un an, Marchionne avait fixé un objectif aussi clair que difficile à atteindre : viser la victoire dès le Grand Prix d'ouverture à Melbourne. On connaît la suite de l'histoire… La saison dernière a été marquée par des difficultés récurrentes, mais également par le départ du directeur technique James Allison, qui a déclenché une restructuration interne. Un nouvel organigramme qui doit maintenant faire ses preuves. Quant au président de la marque au cheval cabré, il rappelle qu'il s'attendait à ce que la F1 soit un univers difficile, et confie un regret.

"Oui [c'est difficile], mais vous savez quelle erreur j'ai faite ? Je suis intervenu trop tard auprès de l'équipe", juge-t-il. "Mais je l'ai fait par respect, je les ai laissés travailler. Si j'étais intervenu plus tôt, en 2015, l'année dernière se serait probablement passée différemment - ou pas, qui sait."

Quoi qu'il en soit désormais, Marchionne estime que la Scuderia ne doit compter que sur elle-même pour retrouver les premières places, et certainement pas compter sur une baisse de régime de Mercedes.  

"Penser cela est une erreur", prévient-il. "Ce n'est pas de leur 'faute', car ils font un excellent travail. Ils ne sont peut-être pas sympathiques, mais ils sont bons. Cela dépend de nous, nous devons nous concentrer sur que nous devons faire pour les rattraper. S'ils étaient à notre place, c'est ce qu'ils auraient fait."

Prochain article Formule 1
Warwick - La F1 est "trop ennuyeuse", il faut des courses "plus rudes"

Previous article

Warwick - La F1 est "trop ennuyeuse", il faut des courses "plus rudes"

Next article

Photos - La Formule 1 au centre de l'Autosport International !

Photos - La Formule 1 au centre de l'Autosport International !

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Shop Now
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités