Mark Webber Challenge Foundation : (se) dépenser pour la bonne cause

Pour collecter des fonds, Mark organise donc une course d’orientation proposant un menu d’activités physiques aussi diverses que variées

Pour collecter des fonds, Mark organise donc une course d’orientation proposant un menu d’activités physiques aussi diverses que variées. Les athlètes et les particuliers en quête de sensations s’y retrouvent, et sont soumis à un sacré challenge, comme le promet le nom de l’évènement.

"J’adore voir les gens récompensés pour leurs efforts", raconte Webber. "Le Challenge n’est pas un truc d’athlètes de pointe. Nous avons vu des gens se pointer alors qu’ils n’avaient jamais rien fait de similaire auparavant ! Ils se sont révélés en parvenant à suivre durant tout l’évènement, et pour beaucoup d’entre eux, ce fut une expérience révélatrice, à laquelle il fut génial d’assister".

Cinq jours intensifs de VTT, kayak, et trekking en Tasmanie, au milieu de formidables paysages naturels australiens. L’expérience, à laquelle Mark participe systématiquement, a été mise entre guillemets au moment de la chute à VTT en 2008, lors de laquelle il se fractura le tibia (nécessitant la pose d’une broche qu’il porta durant toute la saison 2009). C’est en 2011 que l’évènement revint en fanfare, et contribua une nouvelle fois à soutenir des causes honorables.

Ce qui nous amène à la forme de Webber. The Aussie Grit est connu pour être l’un des hommes les plus affûtés physiquement, et polyvalents, à l’image de Jenson Button, triathlète émérite. Pour Webber, ce sont plutôt les grands espaces qui apportent du réconfort.

"Je m’entraîne beaucoup en salle", reconnaît-il, "mais dès qu’une opportunité se présente pour aller faire du VTT ou s’oxygéner avec de la verdure à admirer, je suis de la partie. C’est une excellente façon de se retrouver avec soi-même et de relativiser les choses, de penser, ou au contraire, de tout débrancher. L’exercice doit être varié pour demeurer un plaisir, et le dépassement de soi passe aussi par la sérénité mentale".

En 2012, il en faudra, de la sérénité, pour venir à bout d’un Vettel suivant une trajectoire météoritique. Mais Mark insiste, il ne faut pas l’exclure de la course cette saison : "Je suis un vieux râleur, mais je suis en forme, de corps et d’esprit". Check him out !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Mark Webber
Type d'article Actualités