Marko : Mercedes "commet des erreurs" sous la pression

Mercedes a connu un Grand Prix de Monaco catastrophique, permettant à Red Bull de prendre la tête des deux championnats. Helmut Marko est aux anges.

Marko : Mercedes "commet des erreurs" sous la pression

On a rarement vu Mercedes en telle difficulté depuis le début de l'ère hybride. Au Grand Prix de Monaco, un problème lors de l'arrêt au stand de Valtteri Bottas a contraint le Finlandais à l'abandon alors qu'il était deuxième, tandis que Lewis Hamilton, septième sur la grille, a été victime de sa stratégie : la tentative d'undercut s'est retournée contre lui, et il a conclu la course au même rang après avoir été constamment coincé derrière l'AlphaTauri de Pierre Gasly.

Lire aussi :

Conséquence : Mercedes n'a marqué que sept points en Principauté, 30 de moins que Red Bull – écart inédit entre les moissons des deux équipes depuis le Grand Prix d'Espagne 2016, où Lewis Hamilton et Nico Rosberg s'étaient accrochés au premier tour tandis que Max Verstappen s'était imposé avec Daniel Ricciardo quatrième, pour un score de 37-0.

Chez Red Bull, on se délecte de ce scénario qui a permis à l'écurie anglo-autrichienne de s'emparer de la première place au championnat des pilotes comme chez les constructeurs, mais il y a également eu de l'étonnement face à l'apparente résignation de Hamilton en course.

"J'ai été surpris que Hamilton roule plus ou moins sans se battre derrière Gasly", confie Helmut Marko, conseiller sportif de Red Bull, à la chaîne allemande Sky. "Puis ils ont fait rentrer Bottas également. Cela montre que quand la pression est là, on commet des erreurs. Mais cela signifie aussi que nous devons maintenir la pression et en mettre autant que possible sur les deux voitures. Et maintenant il y a une troisième marque également, avec Ferrari. C'est très bien pour les spectateurs et c'est encore plus dur pour nous."

Max Verstappen, Red Bull Racing, célèbre sa victoire avec Helmut Marko, consultant pour Red Bull Racing, dans le parc fermé

Pas de triomphalisme néanmoins : Verstappen a quatre points d'avance chez les pilotes, Red Bull une seule unité du côté des constructeurs, et il reste 18 Grands Prix au programme – même si la pandémie de COVID-19 pourrait chambouler le calendrier.

"Je pense qu'il était important de saisir nos opportunités ici", souligne le directeur d'équipe Christian Horner, conscient que les Flèches d'Argent n'auront pas toujours de telles difficultés, Monaco étant un circuit atypique. "Mercedes a connu un rare jour sans et il était important de le convertir [en résultat]. Nous l'avons fait en équipe, et nous partons d'ici en menant les deux championnats pour la première fois lors de l'ère hybride. C'est vraiment encourageant. Mais personne ne s'enflamme. Le chemin reste terriblement long dans ce championnat, mais être si proche à ce stade est très encourageant."

"Il nous faut juste rester proches jusqu'à la fin du championnat, et c'est là que la pression viendra vraiment. Pour l'instant, on est dans cette situation où on enchaîne les courses, et il est important d'être fiable, régulier, et de ne pas perdre trop de terrain."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll et Adam Cooper

partages
commentaires
Graham Stoker se lance dans la course à la présidence de la FIA
Article précédent

Graham Stoker se lance dans la course à la présidence de la FIA

Article suivant

Alonso : Un nouveau championnat commencera en France

Alonso : Un nouveau championnat commencera en France
Charger les commentaires