Mars 2014 : Vettel et le son des V6 - "C’est de la m**** !"

En cette période des fêtes de fin d’année, ToileF1 vous propose de vous replonger une dernière fois dans l’année 2014 qui va se refermer

En cette période des fêtes de fin d’année, ToileF1 vous propose de vous replonger une dernière fois dans l’année 2014 qui va se refermer. A travers des faits marquants, des articles qui figurent au rang de ceux les plus lus, ou encore via certaines anecdotes, revivez les événements qui ont jalonné l’année F1 et sport automobile.

Après le premier Grand Prix de la saison en Australie, le son des nouveaux moteurs V6 est plus que jamais au cœur de la polémique. Les déclarations ne cessent pas d’alimenter le sujet. Comme toujours, certaines paroles valent plus que d’autres aux yeux des fans, et l’avis d’un quadruple Champion du Monde peut justement faire... grand bruit !

Interrogé sur le sujet brûlant du moment, Sebastian Vettel ne fait dans la demi-mesure et ne mâché pas ses mots pour qualifier le nouveau son de la F1 2014. Pour l’Allemand, c’est une réelle déception. Alors que la FIA le rappelle à l'ordre sur le langage à utiliser publiquement, le pilote Red Bull n'est pas le seul à prendre position de manière aussi tranchée face aux nouvelles unités de puissance.

Ron Walker, promoteur du GP d'Australie, 16 mars 2014 :
"J’étais absolument ravi du week-end, mais je n’ai pas été suffisamment heureux à cause du bruit. Nous regardons ça avec Bernie [Ecclestone]. C’est clairement une violation de notre contrat. J’ai discuté avec lui dimanche et ce n’est pas pour ça que nous payons. Cela va changer. Il est horrifié par rapport à ça. Ce sera un problème pour tous les promoteurs dans le monde."

Sebastian Vettel, 27 mars 2014 :
"C’est de la merde (sic !). J’étais sur le muret des stands pendant la course [à Melbourne], et c’est plus calme que dans un bar ! Je pense que ce n’est pas bien pour les fans. Je pense que la F1 doit être spectaculaire, et le bruit est l’une des choses les plus importantes."

"Je me souviens, même si je n’avais que six ans, lorsque nous allions voir les voitures pendant les essais libres en Allemagne, et la seule chose dont je me souviens c’est le son. Je me souviens à quel point les voitures étaient bruyantes, comment le sol vibrait. C’est dommage de ne plus avoir ça."

Luca di Montezemolo, 6 avril 2014 :
"Nous voulons augmenter la valeur, la passion, le succès de la F1. Nous ne pouvons pas avoir une F1 basée sur l'économie de carburant. Nous devons pousser dès le premier tour jusqu'à l'arrivée. La F1 est extrême. Ferrari a déjà dit qu'ils étaient contre la limite de carburant."

"Le public aussi ne veut pas d'un chauffeur de taxi qui doit respecter le carburant, ce n'est pas la F1. Le deuxième problème est la musique du moteur, pas le bruit, la musique du moteur, et le dernier souci est que les règles sont trop compliquées, en particulier pour les gens présents en bord de piste, comment peuvent-ils comprendre les compteurs de carburant ? C'est vraiment compliqué. Nous devons aller vers quelque chose de moins compliqué."

Ces réactions provoquent également l'agacement d'autres personnalités du paddock, à commencer par Ron Dennis, PDG de McLaren, qui incite alors tout le monde à cesser de "pleurnicher" !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Luca di Montezemolo , Sebastian Vettel
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités