Marsouinage : la FIA mettra en place l'AOM au GP de France

Ce sera au Grand Prix de France, à la fin du mois de juillet, que la FIA introduira les mesures de sa Directive Technique pour lutter contre le marsouinage.

Marsouinage : la FIA mettra en place l'AOM au GP de France

En réponse aux problèmes de marsouinage auxquels la grande majorité des équipes font face depuis le début de l'année, la FIA a envoyé une Directive Technique aux dix écuries de la grille entre les Grands Prix d'Azerbaïdjan et du Canada. Les législateurs ont notamment annoncé leur volonté de mettre en place une mesure de l'oscillation aérodynamique (AOM) pour déterminer, à l'aide de capteurs, le niveau de marsouinage d'une voiture.

À terme, l'objectif serait d'imposer aux équipes l'utilisation de réglages moins agressifs en cas d'AOM trop élevée. Il deviendrait alors obligatoire de relever la hauteur de caisse de 10 mm au risque d'être pénalisé voire disqualifié.

Après avoir récolté et analysé des données au Grand Prix du Canada, recueillies via un accéléromètre embarqué, et après s'être entretenue avec les directeurs techniques, la FIA a décidé de repousser l'introduction de l'AOM au Grand Prix de France. Les deux courses précédentes, à Silverstone et au Red Bull Ring, permettront aux équipes de se préparer à ce futur changement tout en demeurant libres de faire rouler leurs voitures comme elles le souhaitent.

"Nous avons défini une mesure permettant de surveiller [le marsouinage]", précise un communiqué de presse de la FIA. "La mise à jour a été envoyée aux équipes pour leur permettre de mener leurs propres analyses au cours des deux prochains Grands Prix et de comprendre quels changements, si nécessaire, elles devront appliquer pour être en conformité lorsque la Directive Technique entrera en vigueur à partir du Grand Prix de France."

La FIA a également mis à jour certains paramètres concernant l'usure de la planche, sous le fond plat, et la rigidité des patins, qui vont de pair avec l'AOM.

Pas de second étai

Lewis Hamilton, Mercedes W13

Lewis Hamilton, Mercedes W13

L'un des points les plus controversés de la Directive Technique a été l'autorisation d'un second étai pour rigidifier davantage le plancher. La décision a provoqué l'ire des équipes, celles-ci ayant avancé que les Directives Techniques agissaient comme des recommandations et n'avaient pas le pouvoir de changer le règlement.

En outre, Mercedes a été la seule équipe en capacité de réagir à cette autorisation à Montréal en installant deux étais sur ses voitures en essais libres, ce qui a eu pour effet de causer des préoccupations dans le paddock sur un éventuel avertissement préalable de la FIA à la marque à l'étoile. En fin de compte, Mercedes a choisi de poursuivre le week-end de Grand Prix sans ce second étai, afin de s'épargner de potentielles réclamations.

Alors qu'il était possible que la FIA valide l'introduction d'un second étai en modifiant officiellement le Règlement Technique avant le GP de Grande-Bretagne, la fédération a choisi de ne pas suivre cette voie. Au lieu de cela, aucune aide supplémentaire ne sera accordée aux équipes pour les aider à gérer leur marsouinage.

Lire aussi :

partages
commentaires
Verstappen : Piquet a utilisé "un mot très offensant"
Article précédent

Verstappen : Piquet a utilisé "un mot très offensant"

Article suivant

F1 22 : le test de la rédaction

F1 22 : le test de la rédaction