Marussia n'avait "aucune solution viable à long terme"

La nouvelle est tombée comme un couperet durant la première séance d'essais libres du Grand Prix du Brésil, à Sao Paulo

La nouvelle est tombée comme un couperet durant la première séance d'essais libres du Grand Prix du Brésil, à Sao Paulo. Après quelques semaines d'incertitude et faute de solution,

l'écurie Marussia va définitivement disparaitre

du paysage de la Formule 1.

Dans un communiqué, l'écurie russe reprise par Andrey Cheglakov en 2011 alors qu'elle s'appelait Virgin, précise qu'"aucun investissement n'a été sécurisé dans la limite de temps disponible". Un constat qui sonne le glas des espoirs de l'écurie pour poursuivre ses activités, et qui va enclencher le licenciement de tout son personnel.

En charge du dossier depuis un mois, les administrateurs ont expliqué la situation, ses raisons et ses conséquences immédiates.

"Alors que l'équipe a fait des progrès significatifs durant une période d'action relativement courte, exploiter une équipe de F1 requiert un investissement continu", a rappelé Geoff Rowley, l'un des administrateurs. "Le groupe avait été placé sous administration le mois dernier suite à une insuffisance de fonds, et le processus d'administration a mis en place un moratoire pour permettre des tentatives afin de trouver une solution viable à long terme pour la compagnie, le tout dans une période très limitée. Malheureusement, aucune solution n'a pu être concrétisée pour permettre aux affaires de continuer sous leur forme actuelle. Nous aimerions remercier tout le staff pour son soutien durant ce processus difficile."

Désormais, les administrateurs vont continuer à gérer Marussia pour clore définitivement l'activité et gérer les licenciements.

"En tant qu'administrateurs, notre concentration immédiate sera d'assister le personnel qui a perdu ses emplois et leur fournir le soutien nécessaire pour percevoir des indemnités de licenciement."

"L'équipe ne participera pas au prochaines épreuves du championnat 2014, à Sao Paulo et Abu Dhabi. Les administrateurs continueront leurs obligations légales pour liquider les actifs avec les meilleurs intérêts pour tous les créanciers."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités