Massa : "Je ne fais pas ça pour l’argent mais pour la justice"

Felipe Massa a lancé les grandes manœuvres sur le plan judiciaire pour remettre en question l'issue de la saison 2008 de Formule 1 et l'attribution du titre. Dans un entretien accordé à Motorsport.com, il évoque les motivations derrière ce combat.

Felipe Massa

On l’a appris mi-août, Felipe Massa a lancé les démarches judiciaires visant à contester l’issue du Championnat du monde 2008 de Formule 1, au terme duquel Lewis Hamilton avait été sacré à ses dépens. Le Brésilien, qui roulait alors chez Ferrari, remet en cause la gestion par les instances de l’affaire du Crashgate au Grand Prix de Singapour cette saison-là.

Si l’histoire de l'accident volontaire de Nelson Piquet Jr orchestrée par Renault pour permettre à Fernando Alonso de gagner cette course, dévoilée plusieurs mois plus tard, est connue de tous, les révélations plus récentes quant au secret qui aurait été gardé par Bernie Ecclestone et Max Mosley à l’époque ont convaincu Felipe Massa de réunir une équipe d’avocats et de porter l’affaire devant les tribunaux.  

Un premier courrier a été envoyé dernièrement à la FIA et à la F1, sous la forme d’une mise en demeure, pour obtenir réparation avant une procédure plus formelle. Malgré la "dizaine de millions d'euros" évoquée dans ce courrier au sujet du préjudice dont aurait été victime Felipe Massa, ce dernier assure aujourd’hui qu’il mène ce combat pour tout autre chose que l’argent.  

"Comme je l’ai déjà dit, je fais ça pour le sport, je fais ça pour montrer que la manipulation ne fait pas partie de notre sport", explique-t-il dans un entretien exclusif accordé à Motorsport.com. "Et ce qui s’est passé lors de cette course à Singapour en 2008 est assez clair maintenant. La course est censée être suspendue, et elle ne l’a pas été. Donc personne n’a été puni au bout du compte, tout ce qui s’est passé était complètement inacceptable. Et surtout après l’interview de Bernie, une autre interview aussi de Charlie Whiting, citant une autre de Max Mosley disant qu’ils savaient en 2008 et qu’ils ont décidé de ne rien faire, pour ne pas nuire à la Formule 1. C’est inacceptable, et ça montre que nous n’abandonnerons pas, pour l’intégrité du sport."

"Je ne fais pas ça pour l’argent, je le fais pour la justice, pour le sport. C’est pourquoi ceux qui écrivent que c’est pour l’argent se trompent complètement. Il existe bel et bien une compensation. J’ai dépensé beaucoup d’argent dans cette affaire."

Massa "très optimiste" pour obtenir gain de cause

Felipe Massa a terminé deuxième du championnat 2008, un point derrière Lewis Hamilton.

Felipe Massa a terminé deuxième du championnat 2008, un point derrière Lewis Hamilton.

Felipe Massa et ses avocats estiment que le Grand Prix de Singapour, où il avait abandonné et perdu six points sur Lewis Hamilton, aurait dû être effacé des tablettes, modifiant inévitablement l’issue du championnat qui s’était joué à Interlagos pour un petit point. La procédure pourrait être longue, mais à 42 ans, l’ancien pilote affiche un grand optimisme.  

"Je pense que lorsque l’on se bat pour la justice, pour le sport, pour quelque chose d’inacceptable qui se produit, pour les enfants, pour l’exemple, pour l’intégrité du sport, c’est exactement pour montrer et obtenir une justice", avance-t-il. "Je suis vraiment très optimiste et, comme je l’ai dit auparavant, il est important que tout le monde sache exactement ce qui s’est passé, que tout le monde comprenne à 100% ce qui s’est produit lors de cette course. Et il est important que les gens comprennent que le résultat du championnat des pilotes cette année-là a été manipulé à cause de cette course."

Felipe Massa nourrit également le regret de ne pas avoir pu s’expliquer franchement avec certains protagonistes de l’époque. "Nelson Piquet Jr, nous n’avons pas de très bonnes relations", rappelle-t-il. "Quoi qu’il en soit, tout ce qu’il a fait, tout le monde le savait. Il a fait exprès de se crasher lors d’une course qui a été manipulée pour permettre à son coéquipier de la gagner. Je ne vais donc pas lui parler. Tout ce qu’il a fait était clair. J’ai essayé de parler à son père, mais il n’a pas voulu."

Quant à Fernando Alonso, Felipe Massa admet avoir "parfois" évoqué le sujet du Crashgate avec lui. "Quand on était coéquipiers, et logiquement, Fernando a toujours laissé entendre que ce n’était pas sa faute, mais il changeait toujours de sujet. Je n’ai jamais eu une conversion claire, comme quand une personne accepte de parler avec clarté. Quand la personne ne veut pas parler correctement... On sait qu’il savait peut-être tout, je suis sûr qu’il le savait."

Propos recueillis par Erik Gabriel 

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Lawson devra "tout réapprendre" en cas de course sur le sec
Article suivant Sept records F1 que Verstappen et Red Bull peuvent battre en 2023

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse