Verstappen : "J'aurais éteint la télé"

Très mécontent de son Grand Prix d'Australie, Max Verstappen ne mâche pas ses mots. S'il avait été sur son canapé, il aurait éteint la télé !

Max Verstappen a connu une course difficile à Melbourne. Débordé par la Haas de Kevin Magnussen au départ, le pilote Red Bull a subi des dégâts sur son diffuseur en début de course et est parti en tête-à-queue dans le premier virage au dixième passage, rétrogradant au huitième rang.

Par la suite, Verstappen a passé une dizaine de tours derrière la Renault de Nico Hülkenberg, s'en est défait par l'undercut et a profité des abandons des Haas. Cependant, la voiture de sécurité virtuelle a hissé Fernando Alonso devant lui, et le Néerlandais n'a pu prendre l'avantage pendant les 27 dernières boucles, après une sortie des stands de la McLaren où ce fut très serré entre les deux hommes.

Verstappen n'est pas le seul à avoir rencontré des difficultés pour doubler sur le circuit de l'Albert Park. En réalité, il n'y a eu que cinq dépassements lors de cette course : Bottas sur Stroll (tour 4), Ricciardo sur Hülkenberg (tour 5), Bottas sur Ocon (tour 9), Leclerc sur Stroll (tour 32) et Bottas sur Vandoorne (tour 35).

Lorsqu'il lui est demandé comment était ce Grand Prix pour les fans, Verstappen répond sans prendre de gants : "Complètement nul. J'aurais éteint la télé. Très ennuyeux. On fait de son mieux pour tenter quelque chose, et j'avais le DRS à chaque fois, mais il n'y a rien que l'on puisse faire."

Son coéquipier Daniel Ricciardo, quant à lui, a passé les 23 premiers tours derrière les Haas, perdant un temps crucial sur le trio de tête. "Elles étaient une seconde plus lentes que les Ferrari", affirme Verstappen. "Ils ont juste eu de la chance d'être devant nous."

"Et ici, on ne peut pas dépasser. Regardez Hamilton et Vettel. Et c'est la même rengaine avec Alonso. Ils étaient aussi bien plus lents, mais on ne peut pas les passer. On tente, mais ça ne change rien. Même si on est une seconde et demie plus rapide, ça reste impossible de dépasser."

Il n'y a jamais beaucoup de dépassements à Melbourne, et la FIA avait donc pris les devants en ajoutant une troisième zone DRS pour l'édition 2018, mais selon Verstappen, c'est inutile car le circuit n'est pas en cause : "C'est plutôt à cause des voitures, parce qu'avant, les dépassements ne posaient pas problème."

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Circuit Melbourne Grand Prix Circuit
Pilotes Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités