Verstappen : "On a travaillé avec Honda, et c'est prometteur"

À l'issue de son premier roulage au volant de la RB16B, Max Verstappen refuse d'en dire trop mais laisse échapper des bribes d'optimisme.

Verstappen : "On a travaillé avec Honda, et c'est prometteur"

C'est ce mercredi à Silverstone que la nouvelle Red Bull, baptisée RB16B, a roulé pour la première fois lors d'un shakedown, officiellement une journée de tournage promotionnel limitée à 100 kilomètres avec des pneus de démonstration. C'était l'occasion pour Sergio Pérez de faire connaissance avec sa nouvelle écurie et de piloter une Red Bull pour la première fois, mais aussi pour Max Verstappen de dresser un premier comparatif avec la RB16 de l'an passé – si tant est qu'on peut le faire, comme le souligne le Néerlandais avec justesse.

Lire aussi :

Lorsqu'il lui est demandé de commenter des propos de Toto Wolff selon lesquels Red Bull serait favori (propos inexacts, Wolff ayant dit que Red Bull faisait partie des favoris), Verstappen répond : "Je ne vais pas me lancer là-dedans. Comme toujours, nous verrons à Bahreïn. Nous pouvons continuer de parler de la nouvelle voiture, mais nous avons fait 100 kilomètres avec, sur des pneus de démonstration et même pas à fond. Avec des pneus de démonstration, ça n'est jamais la même sensation qu'avec des vrais pneus. On ne peut donc rien baser là-dessus. Je voulais plutôt prendre la piste avec la voiture, faire quelques tours, et tout m'a paru normal."

Il est de notoriété publique que la RB16 était particulièrement difficile à piloter, et Red Bull a travaillé là-dessus, ainsi que Honda sur la puissance moteur avec le groupe propulseur qui va être homologué pour la saison 2021.

"Une voiture est toujours à la limite", analyse Verstappen. "Une voiture rapide n'est jamais super facile à piloter. Si elle devient super facile à piloter, la plupart du temps, elle est trop sous-vireuse, de toute façon. Les gens ont toujours parlé du train arrière qui était très instable, mais je pense que c'est une question d'adhérence en général, c'est ce qui nous manquait encore un peu. Mais il nous manquait aussi de la puissance. Nous le savons. Ce n'est pas un secret, et je pense que ça se voit. Nous avons beaucoup travaillé avec Honda cet hiver, et tout est prometteur. Mais rien ne sert de s'enflammer maintenant."

Sans surprise, Verstappen est bien en peine de dire si Ferrari va rebondir ou si Red Bull va menacer Mercedes : "Pour l'instant, on ne peut rien prédire. Je n'en ai aucune idée. Malheureusement, je ne peux pas étudier leurs données. Mais bien sûr, ce serait bien pour la F1. Peu importe quelle équipe, juste que toutes les équipes soient plus proches du podium et de pouvoir remporter la course, c'est toujours mieux pour le sport."

Et le pilote Red Bull, qui a conclu la saison 2020 par une victoire dominatrice à Abu Dhabi, est prompt à rappeler que la Flèche d'Argent n'a pas bénéficié des mêmes ressources. "Mercedes a arrêté de développer cette voiture vers le mois de juillet, on n'a pas vu beaucoup d'évolutions, mais nous avons continué d'apprendre. On verra cette année si nous l'avons améliorée encore plus et, encore mieux, si nous serons plus compétitifs par rapport à Mercedes – espérons-le."

Ce sera la cinquième saison depuis l'arrivée de la nouvelle réglementation technique de 2017, la troisième depuis les adaptations apportées aux ailerons avant en 2019, tandis que d'autres ajustements ont été faits pour réduire l'appui cette saison, notamment au niveau du fond plat. Malgré tout, c'est selon Verstappen un facteur d'optimisme pour une hiérarchie resserrée en 2021, avant l'arrivée de la nouvelle réglementation de 2022.

"D'habitude, plus la réglementation reste similaire, plus toutes les équipes peuvent se rapprocher", souligne-t-il. "Chaque fois que l'on écrit une nouvelle réglementation, c'est la première année que les écarts sont les plus grands. C'est ce à quoi je m'attends pour l'an prochain également. Même si on limite le budget, les esprits les plus brillants vont toujours concevoir quelque chose de mieux que les autres. Et cela prend du temps aux autres équipes de rattraper leur retard."

2021 sera en tout cas la septième saison de Verstappen en Formule 1, et le titre lui échappe pour l'instant. Lorsqu'il lui est suggéré qu'il ne va pas pouvoir patienter indéfiniment, l'auteur de dix victoires en Grand Prix répond : "Non, bien sûr que non, mais tout le monde le sait. Bien sûr, c'est ce que je veux aussi. Nous voulons toujours être performants. Red Bull le sait aussi et veut gagner également. Nous sommes sur la même longueur d'onde, mais bien sûr, il faut commencer à avoir des résultats."

partages
commentaires
Cette absence de la Red Bull RB16B qui intrigue

Article précédent

Cette absence de la Red Bull RB16B qui intrigue

Article suivant

Le nouveau simulateur Alfa Romeo a pris du retard

Le nouveau simulateur Alfa Romeo a pris du retard
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Benjamin Vinel