Mazepin ne regrette pas sa manœuvre litigieuse sur Schumacher

S'il a présenté ses excuses à Mick Schumacher pour faire preuve de bonne volonté, Nikita Mazepin ne regrette pas l'incident qui s'est produit entre les deux pilotes Haas à Bakou.

Mazepin ne regrette pas sa manœuvre litigieuse sur Schumacher

C'est dans la toute dernière ligne droite du Grand Prix d'Azerbaïdjan que l'incident a eu lieu : Mick Schumacher a pris l'aspiration de son coéquipier Nikita Mazepin, mais ce dernier a tenté de lui fermer la porte à près de 300 km/h, manquant de provoquer une violente collision entre les deux pilotes. Aussitôt, l'Allemand s'en était ému à la radio : "C'était quoi ce bordel, honnêtement ? Sérieusement, il veut nous tuer ?"

Lire aussi :

Les pilotes Haas sont revenus sur cet incident en conférence de presse au Circuit Paul Ricard, Schumacher évoquant en détail les discussions qui ont eu lieu par la suite : "Il y a eu une réunion juste après la course, entre Günther [Steiner, directeur d'équipe], Ayao [Komatsu, ingénieur de course en chef] et Nikita, où ils ont évidemment parlé de l'incident. Ils m'ont ensuite fait venir et nous en avons discuté tous ensemble. Il a présenté ses excuses après avoir vu une vidéo, donc à cet égard, tout va bien, évidemment."

"Bien sûr, sur le moment, c'était relativement déroutant, car je ne m'y attendais pas du tout, surtout entre coéquipiers. Je comprends que ce soit le dernier tour, nous nous battons tous. Mais on sait que si on arrive avec une telle aspiration, on a tout ce qui reste au niveau de la batterie et on utilise tout, on ne peut pas résister ; la seule manière de résister à quelqu'un, c'est lui faire peur ou le pousser dans le mur, et il a tenté de faire ça. J'ai gardé le pied sur l'accélérateur, donc je l'ai passé malgré tout, mais ça restait inattendu pour me part, et je pense que c'est pour ça que j'ai réagi de manière si forte par la suite."

Aucune enquête n'a été ouverte par les commissaires sur cette manœuvre, mais Schumacher estime qu'il n'en sera pas toujours ainsi. "Je pense que si ça se reproduit, il y aura probablement des conséquences plus sévères", ajoute le protégé de Ferrari. "Mais aussi dans ce cas, probablement parce que c'est un incident qui s'est produit entre coéquipiers, c'est probablement resté davantage en interne plutôt que d'être discuté et géré, en l'occurrence, par le directeur de course ou les commissaires. Mais comme je l'ai dit, je pense que si ça se reproduit, ce sera sûrement rapporté aux commissaires et au directeur de course."

Mick Schumacher, Haas F1, avec Nikita Mazepin, Haas F1

Quant à Mazepin, il tient catégoriquement à minimiser l'importance de l'incident – un terme qu'il réfute par ailleurs : "Je souhaite être très direct. Je pense que le mot choisi ici n'est pas le bon, il n'y a pas eu d'incident. Vous savez, les deux voitures sont rentrées au stand avec leur aileron avant, et la peinture était aussi brillante que juste avant la course. Je souhaite donc voir ça de manière très positive."

"Je pensais qu'il allait choisir la trajectoire intérieure et il a choisi la trajectoire extérieure, et quand j'ai vu qu'il s'engageait là-dedans, je me suis décalé, car en fin de compte nous ne jouions aucun point et le résultat de l'équipe est la priorité. Je pense qu'il y a une vibe positive, si on peut l'appeler ainsi, dans l'équipe ; c'est le cas depuis le premier jour et ça continue de l'être. Nous sommes deux jeunes pilotes qui repoussent les limites, il est normal que cela arrive. Mais comme je l'ai dit au début, tant que les deux voitures reviennent en un morceau, je pense que ça convient au directeur d'équipe."

Mazepin va même jusqu'à nuancer les excuses qu'il a présentées à Schumacher, laissant entendre que sa seule raison de le faire était d'apaiser son coéquipier et qu'il ne compte pas modifier son pilotage agressif par la suite.

"Les discussions qui ont lieu au sein de l'équipe devraient y rester, à mon avis. Cependant, si c'est déjà sorti, je dirais que je lui ai présenté mes excuses en raison de ce qu'il a ressenti, il était clairement très contrarié. Mais je dirais juste qu'il est très important qu'il ne s'attende pas à avoir la vie trop facile et à ce que je ne le bloque jamais pour une raison ou une autre. Mais clairement, je ne m'attendais simplement pas à ce qu'il soit là où il s'est retrouvé. Il a ressenti ça, donc je lui ai dit 'désolé', car c'est ce que je pense devoir faire. Cependant, [je n'étais pas désolé] pour ce que j'ai fait", conclut le Russe.

partages
commentaires

Related video

Mercedes a modifié le "bouton magique" de Hamilton après Bakou

Article précédent

Mercedes a modifié le "bouton magique" de Hamilton après Bakou

Article suivant

Sainz s'attend à voir Ferrari retomber dans la hiérarchie

Sainz s'attend à voir Ferrari retomber dans la hiérarchie
Charger les commentaires