Mazepin ne voulait pas "être responsable" d'un accrochage des Haas

Nikita Mazepin a expliqué avoir laissé de la place à l'épingle du Fairmont dans le premier tour à son équipier Mick Schumacher car il ne voulait pas prendre le risque d'être tenu responsable d'un accrochage entre les deux Haas.

Mazepin ne voulait pas "être responsable" d'un accrochage des Haas

Dans une course où les dépassements en piste ont été peu nombreux, le premier tour a vu une grande partie des manœuvres réalisées pour cette édition du Grand Prix de Monaco. Parmi celles-ci, le dépassement audacieux de Mick Schumacher à l'intérieur de son équipier Nikita Mazepin à l'épingle du Fairmont, où la résistance modérée du Russe a permis aux deux hommes de ne pas s'accrocher et à l'Allemand de gagner une position.

Plus tard dans l'épreuve, les positions ont été inversées quand Schumacher a connu un problème de pression d'essence qui l'a ralenti et obligé à laisser Mazepin passer. Ils ont respectivement terminé aux 17e et 18e positions, dans une épreuve marquée par peu d'abandons.

Lire aussi :

"Ouais, c'était très serré", a expliqué Mazepin en réponse à une question de Motorsport.com sur le premier tour. "C'est un de ces virages qui sont même trop lents pour la F1, il fallait prendre l'embrayage pour ne pas rentrer dans la voiture devant."

"Et j'étais juste coincé, et il fallait que je reste où je me trouvais. Et j'ai senti que si l'on se battait pour la 19e ou 18e place, et qu'il y avait un gros risque de laisser les deux voitures sur le carreau, je ne voulais pas rentrer au garage et en être responsable. J'ai donc voulu courir proprement, la course était [encore] longue."

Mazepin a également mis en avant le fait que son équipier Schumacher a également parfaitement joué le jeu de l'équipe au moment de son problème technique : "Il n'y a pas eu de confusion. Vous savez, je pense que c'est comme ça que la vie fonctionne parfois. J'ai été très fair-play dans le premier tour, il a été très fair-play plus tard. Et je crois que nous avons une bonne relation au sein de l'équipe, et que ça doit rester ainsi."

"Une combinaison très triste"

En dehors de ces deux épisodes, la course a évidemment été compliquée pour le pilote au numéro 9, au volant d'une monoplace particulièrement difficile dans les rues de la Principauté. "La course est passée par différentes phases, je dirais. C'était très difficile, la voiture est difficile à piloter sur un circuit urbain."

"Et évidemment, avec ce circuit où il est si difficile de doubler, tout le monde reste en piste jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de pneus. Et, vous savez, cette voiture avec des pneus morts, c'est une combinaison très triste, je dirais."

"Mais oui, je suis content de moi, j'ai abordé ce week-end en m'attendant à ce qu'il soit difficile parce que, évidemment, quand votre équilibre est un problème sur un circuit comme Barcelone, aller à Monaco est un désastre."

Lire aussi :

"Je suis très heureux de ce que nous avons fait en tant qu'équipe. Je suis très heureux pour mon groupe qui a travaillé très dur depuis Barcelone pour me comprendre, et je crois que ce week-end a démontré qu'ils me comprennent, et en fin de compte c'est la route vers le succès pour 2022."

"Une journée très positive. Évidemment, dans le cadre de l'équipe, il y a beaucoup de choses à trouver. Je n'ai jamais eu autant de drapeaux bleus dans ma vie. Et c'est assez triste, mais je pense qu'on va y arriver."

Prochaine étape, un autre circuit urbain aux caractéristiques diamétralement opposées, puisqu'il s'agit du rapide tracé de Bakou, où l'appui est bien plus réduit qu'à Monaco. Une donnée dont Haas pourrait tirer parti selon Mazepin.

"Eh bien, c'est un défi complètement différent. Nous avons une piste à fort appui ici, alors que nous manquons d'appui. Je pense que nous pourrions avoir une chance là-bas, parce que le moteur est meilleur cette année. Et nous n'avons pas beaucoup d'appui, et vous n'avez pas vraiment besoin d'en avoir beaucoup sur ce genre de piste. Ce sera ma deuxième fois, comme à Monaco, et j'ai hâte d'y être."

partages
commentaires
Verstappen vs Hamilton : "Les actes ont plus de poids que les mots"
Article précédent

Verstappen vs Hamilton : "Les actes ont plus de poids que les mots"

Article suivant

Binotto salue la présence de Leclerc sous le podium à Monaco

Binotto salue la présence de Leclerc sous le podium à Monaco
Charger les commentaires