Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
51 jours
09 mai
Prochain événement dans
69 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
100 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
107 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
125 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
142 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
156 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
184 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
191 jours
12 sept.
Course dans
198 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
212 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
216 jours
10 oct.
Course dans
226 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
240 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
247 jours

McLaren cherche à vendre des parts de son écurie F1

McLaren poursuit son plan de restructuration financière à hauteur de 500 millions de livres (550 M€), et n'écarte pas la possibilité de vendre une minorité des parts de son écurie de Formule 1.

partages
commentaires
McLaren cherche à vendre des parts de son écurie F1

McLaren fait partie des entreprises qui ont fortement subi le poids de la crise économique entraînée par la pandémie de COVID-19. Les trois branches de l'entreprise que sont le département automobile, l'écurie de course et le département technologique ont tous été touchés et plusieurs mesures majeures ont déjà été prises depuis le printemps dernier. En juin, McLaren a notamment contracté un emprunt de 150 millions de livres (165 M€) auprès de la Banque Nationale de Bahreïn afin de ne pas se retrouver à court de liquidités.

Lire aussi :

Désormais, d'après les informations du Financial Times, McLaren Group pourrait lever davantage de fonds en vendant des parts de son écurie de Formule 1, sans toutefois en perdre le contrôle. De nombreuses options sont sur la table afin de stabiliser une situation qui ne s'inversera pas à court terme sur le plan économique.

"Nous devons restructurer la totalité de l'entreprise", explique Mike Flewitt, directeur exécutif de McLaren Automotive, dans les colonnes du Financial Times. "Nous avions débuté cette année après deux autres très réussies pour la branche automobile, mais la totalité de l'entreprise n'a pas les liquidités pour survivre à ce type de crise."

Aucune piste n'est pour le moment écartée et l'investissement pourrait venir de fonds de placement privés, de particuliers, de familles, de fonds souverains ou encore d'une société basée aux États-Unis. "Nous rechercherons des investisseurs qui ont une vision commune à celle de notre base d'actionnaires, que ce soit en matière de structure, de direction de l'entreprise ou de projets à moyen terme", souligne Mike Flewitt.

Actuellement, McLaren Group est détenu à 56% par Mumtalakat Holding Company, un fonds bahreïni, à 14% par Mansour Ojjeh et à 10% par Michael Latifi, père du pilote Williams Nicholas Latifi. Les 20% restants se répartissent entre différents actionnaires minoritaires. La recherche d'un investisseur supplémentaire est un levier qui vient s'ajouter à un autre actionné récemment, avec le lancement d'un processus de mise en vente de l'usine de Woking, qui serait ensuite louée par McLaren.

La FIA et la F1 réagissent à l'affaire Mazepin

Article précédent

La FIA et la F1 réagissent à l'affaire Mazepin

Article suivant

Mattia Binotto souffrant et absent pour le GP d'Abu Dhabi

Mattia Binotto souffrant et absent pour le GP d'Abu Dhabi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren
Auteur Basile Davoine