McLaren demande des votes à bulletin secret en F1

McLaren demande à la Formule 1 d'adopter le suffrage à bulletin secret afin que les équipes n'aient pas la pression de voter d'une certaine manière.

McLaren demande des votes à bulletin secret en F1

McLaren ne cache pas son inconfort vis-à-vis des partenariats qui se développent entre les teams : selon l'équipe, la Formule 1 se porterait mieux avec dix écuries totalement indépendantes. Dans une longue chronique publiée sur le site de McLaren, son PDG Zak Brown écrit que l'heure est venue pour la FIA d'intervenir et de mettre un terme aux alliances, qu'il juge néfastes pour la compétition en piste mais aussi qui entraînent selon lui des pressions sur des équipes contraintes de soutenir leurs partenaires en votant pour des changements de réglementation qui ne sont pas dans leur intérêt.

Lire aussi :

"Actuellement, les décisions sur l'avenir de la F1 peuvent être stoppées par une minorité plutôt qu'une majorité, et elles sont biaisées encore davantage par les votes de certaines équipes favorisant leur écurie partenaire", déplore Brown. "Il y a même des cas où une équipe affiliée, pour satisfaire son partenaire, vote en faveur de quelque chose qui la désavantage clairement. Ce n'est pas du sport. Ce n'est pas faire passer les fans en premier."

"C'est une situation qui doit être abordée, et nous demandons donc la mise en place avec effet immédiat de votes à bulletin secret dans toutes les réunions de la Commission F1. Dans d'autres sports, l'instance régulatrice a le pouvoir de gouvernance car ils se focalisent toujours sur ce qui est dans le meilleur intérêt du sport dans l'ensemble, ce qui devrait être la considération clé en Formule 1. Une modification de la procédure de vote pourrait mener à une prise de décision plus souple qui profiterait aux intérêts des fans et, ainsi, à la F1 dans son ensemble, y compris aux participants."

Zak Brown, CEO, McLaren Racing

La structure réglementaire actuelle de la F1 signifie que les changements de règlement doivent passer par la Commission F1, avec un total de 30 votes – un pour chacune des dix équipes, dix pour la FIA et dix pour la F1. Une modification pour la saison en cours requiert une "super majorité", soit 28 des 30 votes.

Évoquant les partenariats entre équipes, Brown se montre clair : il ne pense pas que ce soit la bonne direction à emprunter pour la F1. "La montée des affiliations entre équipes est devenue malsaine pour notre sport. Ce n'est pas dans le meilleur intérêt de la compétition que deux rivaux, voire trois, partagent des atouts et s'alignent stratégiquement."

"L'un des principes fondamentaux de la Formule 1, contrairement aux championnats monotypes, est la compétition ouverte entre constructeurs. Je ne souhaite pas voir le nombre d'équipes en F1 se réduire, mais les affiliations des équipes demeurent un problème car nous ne sommes pas sur un pied d'égalité. C'est là que d'autres changements doivent être faits quant à la gouvernance de la Formule 1."

"Il y a toujours eu des conflits d'intérêt en Formule 1, et il est peu probable que cela change dans un avenir proche, il est donc d'autant plus important que la F1 et la FIA, qui n'ont d'autre intérêt que le succès de tout ce sport, fassent la loi dans le meilleur intérêt de la F1 et ne soient pas bloquées et ralenties à tout bout de champ", conclut l'Américain.

partages
commentaires
Bottas ne pense pas que le DAS l'aurait aidé à Imola
Article précédent

Bottas ne pense pas que le DAS l'aurait aidé à Imola

Article suivant

Hamilton et Russell soutiennent le black-out contre le racisme

Hamilton et Russell soutiennent le black-out contre le racisme
Charger les commentaires