McLaren et "l'espoir que ça fonctionne un jour" avec Honda

partages
commentaires
McLaren et
Par : Basile Davoine
24 mars 2017 à 05:19

McLaren-Honda a engrangé 32 tours lors de la première séance d'essais libres à Melbourne, vendredi matin, et va poursuivre son travail pour accumuler un maximum de kilomètres ce week-end.

Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32, sort de la piste
Eric Boullier, directeur de la compétiton McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32, fait des étincelles
Stoffel Vandoorne, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Yusuke Hasegawa, Honda, avec Stoffel Vandoorne, McLaren
Aileron arrière de la McLaren MCL32
Logo McLaren-Honda
Fernando Alonso, McLaren MCL32

Après des essais hivernaux particulièrement délicats, il est question de rattraper tant que possible le temps perdu, et surtout de fiabiliser l'ensemble avant de penser à la performance

Dans les rangs de l'écurie de Woking, on sait pertinemment que ce premier Grand Prix de la saison a peu de chances d'offrir une issue heureuse, à moins peut-être d'une course au scénario chaotique, avec de nombreux abandons. L'heure est au travail acharné pour voir la lumière au bout du tunnel le plus tôt possible, tandis que la pression mise sur Honda est extrêmement forte depuis quelques semaines.

"Optimiste, je ne pense pas qu’on pourra l’être aujourd’hui ni demain", prévient au micro de Canal+ Éric Boullier, directeur de la compétition de McLaren. "Mais l’objectif de ramener McLaren à sa place reste toujours le même. On a connu effectivement des essais [hivernaux] difficiles, on n’a pas pu faire de longs roulages. Mais on travaille maintenant avec Honda sur plusieurs solutions, plusieurs scénarios."

On sait que McLaren a sondé Mercedes pour l'éventualité d'une fourniture moteur client à l'avenir, mais une solution aussi radicale n'est pas encore envisagée à en croire le Français, qui insiste sur ce point : "On travaille avec Honda sur toutes les solutions possibles mais on n’envisage pas autre chose."

"Honda a pris des risques, car ils ont changé toute l'architecture, et ça ne marche pas aussi bien qu’espéré. J’espère que Honda va faire des gros progrès, ils peuvent le faire. Ils ont mis des gros moyens et il y a un espoir que ça fonctionne un jour. C’est sûr que l’on ne peut pas avoir une répétition de 2015."

Honda connaît la pression

Du côté de Honda, le discours reste tourné vers le travail à fournir. Le motoriste japonais est pleinement conscient de la pression qui pèse sur ses épaules mais veut l'affronter en dépit des problèmes encore très présents, à l'image de la monoplace de Fernando Alonso qui était sur ses tréteaux à l'entame des EL2.

"On n'a pas eu de gros problème [ce matin]. Stoffel [Vandoorne] a fait quelques vérifications. Pas de gros problèmes pour nous", assure à Canal+ Yusuke Hasegawa, directeur du programme F1 de Honda. "On essaie tout ce que l'on peut pour résoudre ces problèmes et on met en place des contre-mesures. Bien sûr, c’est très décevant. On espérait apporter un très bon moteur mais on va faire tout ce qu’on peut pour l’améliorer. La pression, c'est normal, pas seulement de la part de l’équipe ou de Fernando, il y a aussi les fans de Honda. Et moi-même, je me mets la pression."

Prochain article Formule 1
Brawn : "Nous nous battrons à tous les niveaux" pour améliorer les GP

Previous article

Brawn : "Nous nous battrons à tous les niveaux" pour améliorer les GP

Next article

Horner : "Mercedes est déjà clairement la référence"

Horner : "Mercedes est déjà clairement la référence"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Australie
Lieu Melbourne Grand Prix Circuit
Équipes McLaren
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités