Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Les évolutions du "boomerang" McLaren

McLaren n'a montré aucun signe de relâchement dans le développement de sa voiture 2021 avec les dernières améliorations apportées lors du Grand Prix de Hongrie.

Les évolutions du "boomerang" McLaren

Alors que les équipes rivales ont pratiquement toutes cessé de travailler sur les voitures actuelles pour se concentrer sur 2022, McLaren envisage toujours de nouvelles évolutions après la pause estivale.

Mais il est très probable que ce qui est apparu au Hungaroring était la dernière évolution "majeure" de l'équipe cette saison, avec de plus petits ajustements qui seront introduits à l'avenir pour aider à trouver de petites poches de performance sans avoir un impact trop important sur le développement de la voiture de l'année prochaine.

 

McLaren est arrivé au Hungaroring avec un ensemble révisé de déflecteurs qui se concentrait sur le "boomerang" et les ailettes descendantes, ces deux éléments ayant été réorganisés pour permettre de redéfinir les caractéristiques d'écoulement du flux d'air.

Dans le cadre de cette réorganisation, le boomerang (flèche rouge ci-dessus) a été déplacé beaucoup plus en avant, prenant la position de l'ailette descendante la plus en avant (flèche bleue ci-dessus). Cela a effectivement entraîné la convergence des deux éléments, avec un profil plus épais qui est privilégié, tandis que l'ailette descendante la plus à l'arrière (flèche verte) a été modifiée en conséquence. Elle doit évidemment être beaucoup plus courte pour se raccorder au boomerang.

Lire aussi :

Le repositionnement du boomerang expose le bord supérieur en forme de plume de l'élément principal du déflecteur à un régime d'écoulement différent, ce qui pourrait aider à libérer son potentiel ou être une zone où l'équipe cherche à faire d'autres optimisations.

Il est également intéressant de voir la quantité de métal que McLaren inclut dans ses structures cette saison, car l'équipe espère éviter que les différents éléments de la zone des déflecteurs ne se fatiguent et ne fléchissent trop, ce qui se traduirait par une perte de performance.

Cool sous la pression

McLaren a également cherché à savoir quelle solution lui conviendrait le mieux en matière de refroidissement sur le Hungaroring, car les températures élevées de la piste et les virages à faible vitesse conduisent toujours à un compromis entre les performances du moteur et les performances aérodynamiques.

Lando Norris, McLaren MCL35M
Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M

L'équipe a commencé à l'évaluer dès le début, les deux pilotes testant l'un après l'autre la plus grande sortie de refroidissement arrière et celle introduite il y a quelques courses, qui a été développée en fonction des paramètres moteur de cette année.

L'équipe a adopté cette dernière pour les qualifications et la course, mais a dû renoncer à une certaine efficacité aérodynamique en installant les panneaux de refroidissement à lamelles de chaque côté du cockpit sur les deux voitures (voir ci-dessous).

 

partages
commentaires
Les solutions d'Alpine pour améliorer les performances d'Ocon

Article précédent

Les solutions d'Alpine pour améliorer les performances d'Ocon

Article suivant

Les revenus de la F1 continuent de remonter la pente

Les revenus de la F1 continuent de remonter la pente
Charger les commentaires