McLaren - Les équipes ne peuvent pas régler la crise elles-mêmes

Aujourd'hui à la tête du département compétition de McLaren, Eric Boullier a une vision différente sur l'économie de la F1 et de ses équipes

Aujourd'hui à la tête du département compétition de McLaren, Eric Boullier a une vision différente sur l'économie de la F1 et de ses équipes. Gérard Lopez, son ancien patron chez Lotus, se plait à le dire : le Français a selon lui rejoint "le côté obscur" en se retrouvant propulsé à la tête d'une des équipes les plus puissantes du plateau économiquement.

Pour Boullier, qui a porté les deux casquettes, la problématique a donc changé, comme il le reconnait lui-même. Ses intérêts sont ceux de McLaren et son objectif est de permettre au team de Woking de lutter de nouveau pour le titre mondial dans les années à venir. Dans ces conditions, il est inconcevable à ses yeux de demander à une telle équipe de ne pas investir comme bon lui semble en imposant un budget capé.

"Chacun d'entre nous veut battre tout le monde. Nous sommes des compétiteurs", insiste Boullier. "Si nous concourons avec une bouteille d'eau, ou si nous concourons avec une équipe de F1, nous voulons battre les autres. Et nous le ferons par tous les moyens. C'est normal. Même ceux qui sont derrière veulent en fait continuer à concourir et veulent battre tout le monde."

Alors que la situation économique en F1 fait débat, accentuée par la mise sous administration judiciaire des équipes Caterham et Marussia, Boullier estime que les teams ont sans doute une partie de la solution entre leurs mains, mais que c'est avant tout aux instances dirigeantes de réunir tous les acteurs et de régler le problème. Chaque équipe défendant ses propres intérêts et son envie de gagner, un accord unanime reste utopique sans intervention extérieure.

"Je suis assez certain que nous pouvons nous réunir et prendre des décisions radicales ensemble, mais cela doit être mené par les instances et par les gens qui organisent le spectacle ; pas par les compétiteurs. Demande-t-on aux joueurs de football leur avis sur les problèmes du fair-play financier en Premier League ? Non. On demande cela aux clubs ou aux gens qui s'occupent de gérer la Premier League."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Gerard Lopez
Équipes McLaren
Type d'article Actualités