McLaren pense gagner gros avec le retour de Honda

Arrivé à la tête du département compétition de McLaren en début de saison, Eric Boullier est le symbole de la réorganisation de l’écurie depuis le retour de Ron Dennis comme PDG

Arrivé à la tête du département compétition de McLaren en début de saison, Eric Boullier est le symbole de la réorganisation de l’écurie depuis le retour de Ron Dennis comme PDG. Il en est aussi le principal acteur et responsable. Les résultats en piste sont ce qu’ils sont à l’heure actuelle, et l’objectif de décrocher une victoire semble encore très difficile à atteindre. Cependant, l’avenir de l’équipe de Woking se joue pour 2015 avec l’arrivée de Honda comme partenaire moteur exclusif.

Dans son travail de longue haleine, Boullier récolte les premiers fruits et affiche une grosse confiance pour l’avenir. « J’ai confiance dans le fait que nous aurons une bonne voiture l’année prochaine », affirme-t-il. « Tout simplement parce que, évidemment, nous avons abordé tous les problèmes en interne, et je crois que nous avons pris toutes les bonnes décisions. »

« Nous avons déjà vu en Autriche les premiers bénéfices des changements qui ont été faits dans l’organisation, et je crois que nous allons maintenant dans la bonne direction. »

Pour sa dernière année de collaboration avec Mercedes, McLaren est logiquement traitée différemment des autres équipes motorisées par le constructeur allemand. Pour Boullier, cela démontre toute l’importance du développement d’usine entre un motoriste et une équipe.

« Disposer d’un partenariat avec un constructeur vous autorise à avoir plus de possibilités en matière de réglages que si vous avez un moteur client », souligne le Français. « Prenons cette année par exemple : si l’on compare Mercedes et Red Bull, nous savons tous que le châssis Red Bull est très bon, peut-être même un peu meilleur que le Mercedes. Mais la grosse différence entre les deux est que Red Bull a un moteur Renault. »

Le travail avec Honda pour 2015 suit son cours en respectant un tableau de marche très précis.

« C’est un gros projet, qui évidemment prend des mois, même des années pour se construire. On travaille avec un agenda clair en place, et bien sûr des objectifs clairs. Jusqu’à maintenant je pense que tout est en ordre et correspond au chemin que nous voulons prendre d’ici la première course de l’année prochaine. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Mercedes
Type d'article Actualités