McLaren : Il y aura "un prix à payer" si Honda fournit un autre team

partages
commentaires
McLaren : Il y aura
Par : Fabien Gaillard
24 avr. 2017 à 13:10

Le directeur de la compétition de McLaren, Éric Boullier, a expliqué que si Honda décidait de fournir ses moteurs à une autre structure, cela pourrait se faire au détriment de Woking.

Oliver Turvey, McLaren MCL32
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Eric Boullier, directeur de la compétition McLaren, Oliver Turvey
Stoffel Vandoorne, McLaren
Oliver Turvey, pilote d'essais McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32
Pascal Wehrlein, Sauber C36
Stoffel Vandoorne, McLaren MCL32

Depuis le retour de la firme nippone dans la discipline reine, la question se pose de vendre ses blocs hybrides à plus d'une écurie. Si les premières années ont été marquées par une volonté farouche de McLaren, sous la houlette de Ron Dennis, de conserver l'exclusivité de ce partenariat, il semble que sa fin soit proche.

Des rumeurs font en effet état depuis plusieurs années, et ont été renforcées il y a quelques semaines, d'un intérêt de Sauber dans l'achat de moteurs à Honda, après avoir cette saison fait le choix de conserver le V6 turbo hybride Ferrari de 2016, ce qui présente le désavantage de ne pas pouvoir développement la spécification et donc de tomber plus encore dans la hiérarchie.

Beaucoup d'observateurs ont émis l'hypothèse que la mise en place d'un second partenariat aurait au moins l'avantage, s'il divise les ressources allouées pour chacune des structures, en dépit des statuts différents qui peuvent être ceux de McLaren et de Sauber, d'offrir à Honda une plus grande chance de pouvoir accumuler les kilomètres qui lui ont fait cruellement défaut depuis 2015.

Une vision des choses à laquelle Éric Boullier souscrit, mais en soulignant tout de même le revers de la médaille. "Plus d’équipes c'est mieux, plus d’équipes qui roulent c'est mieux, définitivement, [mais] il y a toujours un prix à payer pour cela qui est évidemment de faire dévier nos ressources peut-être pour construire plus de moteurs."

"Quoi qu’il arrive, nous sommes partenaires, donc à un moment il y aura une seconde équipe, et je pense que nous devrons soutenir cela. Mais il faut s’assurer que ce n’est pas au détriment de notre partenariat avec Honda."

Quand il lui est demandé s'il pensait qu'avoir une autre équipe à motoriser en 2017 pour le constructeur japonais aurait eu des répercussions négatives sur McLaren, il répond : "Oui. Je crois toujours que c’est plus facile aujourd’hui pour être honnête. […] Je pense que nous avons un chemin plus ou moins clair concernant où aller et comment, plus rapidement, et disons [que ce n'est] pas garanti parce qu’on ne peut rien garantir, mais je pense que c’est un plan de redressement, je pense que nous avons quelque chose qui se met en place"

"Ensuite, nous aurions nous focaliser ou être distraits avec une autre équipe [...] Nous avons d’abord besoin d’avoir ce plan de redressement. Trois années consécutives à être où nous sommes, ce n’est pas possible maintenant, donc il faut en finir avec cela et avancer."

Prochain article Formule 1
Lowe : Stroll apprend "beaucoup" malgré ses abandons

Previous article

Lowe : Stroll apprend "beaucoup" malgré ses abandons

Next article

Wehrlein : "Je retournerai à la Race of Champions"

Wehrlein : "Je retournerai à la Race of Champions"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes McLaren
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités