Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1

Antonio Giovinazzi n'est pas assuré de disputer la saison 2022 au sein de l'écurie Alfa Romeo, mais l'Italien ne cherche pas à se dégoter des options hors de la F1 pour autant.

Menacé chez Alfa Romeo, Giovinazzi ne veut pas encore penser à l'après-F1

Officiellement, dix-neuf pilotes ont validé leur ticket pour prendre part à la saison 2022 de Formule 1. Une seule place est donc encore disponible, dans l'équipe Alfa Romeo, et elle est actuellement détenue par Antonio Giovinazzi. Mais compte tenu de ses performances, l'Italien n'est pas assuré d'épauler Valtteri Bottas l'an prochain. Sa place est menacée par plusieurs pilotes, et surtout par Guanyu Zhou, deuxième homme du championnat de Formule 2.

Giovinazzi, qui a pour mission de convaincre ses employeurs, a atteint deux fois la Q3 lors des trois derniers Grands Prix. Cependant, l'Italien n'a inscrit aucun point depuis l'épreuve de Monaco, qui s'est tenue à la fin du mois de mai. En dépit de ce manque de résultats, le pilote se focalise sur la catégorie reine.

"Pour être honnête, je veux me concentrer sur le maintien de ma place en F1 pour le moment", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Ensuite, dans le pire des cas, je commencerai à songer à l'année prochaine. Mais pour le moment, je veux seulement me concentrer sur mon travail ici, en F1, pour garder mon volant."

La décision d'Alfa Romeo sur son deuxième pilote sera rendue très prochainement, mais Giovinazzi a assuré qu'il n'était pas au courant des plans de la firme en précisant que ce n'était "pas une question pour moi" mais une pour son directeur, Frédéric Vasseur. "La seule chose que je puisse faire, c'est piloter et marquer des points. J'espère que cela sera suffisant", a-t-il ajouté.

Giovinazzi a fait ses débuts en Formule 1 en 2017 lorsque Sauber (l'ancienne identité d'Alfa Romeo) l'a appelé à remplacer un Pascal Wehrlein convalescent lors des deux premières manches de la saison. Le pilote italien a ensuite fait son retour en catégorie reine en 2019, bien aidé par ses liens avec Ferrari, qui détenait un des deux baquets Alfa Romeo. Mais aujourd'hui, le Cheval Cabré "ne peut plus influencer la décision de l'équipe", comme l'a expliqué Mattia Binotto, directeur de la Scuderia, au Grand Prix d'Italie.

Lire aussi :

Si son aventure avec Alfa Romeo s'arrêtait au crépuscule de la saison 2021, Giovinazzi aurait-il la possibilité de rebondir chez Ferrari ? Selon Binotto, le sujet n'a pas encore été évoqué avec le pilote transalpin.

"Je pense que beaucoup de choses dépendront de sa volonté, de ce qui intéresse vraiment Antonio pour l'avenir", a déclaré le directeur d'équipe. "Mais je pense que la première étape est de lui trouver une place et un baquet en F1, bien sûr. Nous sommes pleinement concentrés sur cela en ce moment."

partages
commentaires
Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs
Article précédent

Deux jours de simulateur ont aidé Norris à comprendre ses erreurs

Article suivant

Pourquoi Hamilton a qualifié Bottas de "meilleur équipier"

Pourquoi Hamilton a qualifié Bottas de "meilleur équipier"
Charger les commentaires