Mercedes "a eu de la chance" et aurait dû finir "à 30 s de Ferrari"

Alors que Mercedes arrivait en favori à Sepang, les Flèches d'Argent ont rapidement dû déchanter face au rythme des Ferrari et des Red Bull sur les longs relais. Un constat qui inquiète Toto Wolff en vue des cinq derniers GP.

Le bilan comptable des deux premières courses de la tournée asiatique a beau être extrêmement favorable à l'Étoile, avec 68 points inscrits contre 12 pour la Scuderia Ferrari et 43 points pour Lewis Hamilton contre 12 pour Sebastian Vettel, la réalité est que c'est surtout l'écurie italienne qui n'a pas concrétisé un rythme supérieur et potentiellement capable de permettre à son leader de s'emparer du commandement sans coup férir.

À Sepang, si Hamilton et la W08 ont trouvé le petit plus pour s'élancer de la pole position, en course il a rapidement été clair que le Britannique ne pouvait pas lutter contre Max Verstappen et n'a dû son salut face à Daniel Ricciardo qu'à la résistance de Valtteri Bottas contre l'Australien puis à un arrêt tardif de la part de Red Bull après le sien.

"Je suis très déçu", a déclaré Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes AMG, au micro de Sky Sports. "On ne peut pas se dire qu'on a marqué plus de points que Ferrari, nous avons perdu beaucoup de rythme ce week-end. Comment une voiture si rapide sur tant de circuits peut-elle perdre tellement à cause de pneus qui surchauffent ?"

"Rappelez-vous Singapour, nous étions très bons sous la pluie. Si nous savions pourquoi, ce serait plus facile. Il faut rester calme et essayer d'analyser les données. Je pense qu'il y a des différences d'un circuit sur l'autre au niveau des températures et des caractéristiques de la voiture, il faut juste les comprendre. Si l'on regarde le rythme aujourd'hui, cela aurait été la cinquième place, et c'est inquiétant."

Quelques instants plus tard, il est allé plus loin, pour Canal+ : "Non, on ne peut pas du tout se féliciter parce qu’on a eu de la chance, Kimi [Räikkönen] n’est même pas parti. Il nous manquait de la vitesse, on était loin, on était à 30 secondes de Ferrari pendant la course, […] on aurait pu être à 30 secondes de Verstappen. Il faut vraiment comprendre pourquoi c’est le cas."

"J’ai toujours des craintes quand ça ne marche pas. Cette course, ici, la dernière fois qu’on a gagné c’est en 2014, même si c’est l’endroit où il y a notre partenaire principal [Petronas, sponsor titre de l'écurie et du Grand Prix, ndlr] mais il faut comprendre pourquoi c’est le cas. On a eu quelques courses cette année où on a vraiment eu du mal et il faut comprendre."

Le Grand Prix du Japon va arriver dès le week-end prochain et Wolff estime qu'il s'agira d'une meilleure opportunité pour ses troupes. "Voyons voir ce qui se passera à Suzuka après quelques jours de travail, c'est un climat complètement différent. Nous en saurons davantage. [...] Il y avait des points d'interrogation sur la Malaisie. Nous aurions dû être plus rapides que nous ne l'avons été, mais Suzuka devrait nous convenir davantage", a-t-il ajouté pour Sky Sports.

Mercedes compte désormais 118 points d'avance sur Ferrari chez les constructeurs et Hamilton dispose d'un avantage de 34 unités sur Vettel chez les pilotes, mais l'Autrichien n'avait pas vraiment l'esprit aux réjouissances : "Une fois que j'aurai digéré ça dans 24 heures, je penserai aux six points gagnés. Pour l'instant, c'est difficile à encaisser."

Enfin, revenant sur l'incident du tour de décélération entre l'Allemand et Lance Stroll, il lance : "C'est un incident très étrange. Sebastian manquait de carburant je pense à la fin, et une collision dans le tour d'honneur, je n'ai jamais vu ça." Les commissaires du Grand Prix ont décidé de ne prendre aucune sanction.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Malaisie
Sous-évènement Course
Circuit Sepang International Circuit
Pilotes Lewis Hamilton , Sebastian Vettel , Valtteri Bottas
Équipes Mercedes
Type d'article Réactions
Tags sepang, toto wolff