Mercedes n'a d'abord pas compris son évolution moteur

partages
commentaires
Mercedes n'a d'abord pas compris son évolution moteur
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
18 déc. 2018 à 14:00

Mercedes a initialement eu du mal à comprendre totalement l'évolution moteur introduite dans la seconde moitié de la saison 2018 de Formule 1.

Le tournant de la lutte en F1 entre Lewis Hamilton et Sebastian Vettel est survenu après la trêve estivale, quand Mercedes a répliqué après la défaite du Grand Prix de Belgique. Après que Hamilton se soit infiltré entre les deux Ferrari avant de l'emporter au Grand Prix d'Italie, la performance de Mercedes à Singapour a mis ses rivaux en difficulté et conduit à une série déterminante de courses qui ont scellé la couronne.

Le résultat de Spa laissait penser que Ferrari maintiendrait son avantage de rythme d'avant la trêve, mais Toto Wolff a révélé à Motorsport.com pourquoi Mercedes n'avait pas été au niveau en Belgique : "Nous avions apporté une évolution pour l'unité de puissance à Spa que nous ne comprenions pas encore bien. C'était un travail en cours concernant la manière de déployer l'énergie de manière satisfaisante."

Lire aussi :

"Également, à Spa, nous avons été un peu malheureux parce qu'ils avaient une telle vitesse de pointe en ligne droite et nous n'étions pas compétitifs dans le virage le plus important du circuit [La Source], où l'on prend toute la vitesse pour la ligne droite. Donc nous avons été malchanceux."

"Ensuite, on a en quelque sorte bien fait les choses. L'étalonnage du moteur était meilleur à Monza, les ingénieurs comprenaient un peu mieux la voiture, nous avons compris ce qui s'est passé à La Source, ce que nous avons prouvé à Singapour. D'une certaine façon, je crois que l'apprentissage à Spa et après Spa a beaucoup contribué à notre gain de performance. De plus, certaines mesures de développement que nous avons prises plus tôt, au printemps, ont également porté leurs fruits dans la voiture."

Wolff estime que Monza a également été un moment important pour atteindre Ferrari sur le plan psychologique, même si les points perdus par Vettel lors de l'accrochage avec Hamilton n'étaient pas si importants. "Je pense que Monza a peut-être été un coup dur sur le plan mental pour eux, [...] si Sebastian avait survécu au contact du premier tour, il aurait soit gagné la course, soit fini second."

Lire aussi :

"Je pense que nous étions très bons là-bas, et ça aurait été une très belle lutte. Il a fini cinquième [quatrième après la pénalité de Verstappen, ndlr] donc en termes de points ce n'était pas dramatique. Mais c'était également notre dynamique qui était bonne. Ils ont tout donné à Monza, pour effacer 2017, et produit beaucoup d'efforts pour Monza 2018 et nous avons gagné."

"Ensuite, nous sommes allés à Singapour, une piste où ils étaient absolument favoris, et nous avons été plus rapides. Nous avons maintenu cette dynamique à Sotchi et à Suzuka, et c'était fait."

L'Autrichien estime enfin qu'avoir eu à surmonter plus de "mauvais moments" que lors des saisons précédentes a rendu le cinquième titre de Mercedes plus gratifiant : "J'ai l'impression que nous avons dû nous battre davantage, que nous avons dû surmonter des mauvais moments plus souvent qu'en 2017, et l'équipe a tenu le coup. C'est pourquoi le soulagement d'avoir gagné ces deux championnats cette année était beaucoup plus satisfaisant que l'an dernier."

Article suivant
Horner : Renault a "laissé tomber" son staff chez Red Bull

Article précédent

Horner : Renault a "laissé tomber" son staff chez Red Bull

Article suivant

Norris : "Personne ne sait" de quoi McLaren sera capable

Norris : "Personne ne sait" de quoi McLaren sera capable
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Jonathan Noble