Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão

Malgré sa victoire inaugurale à Bahreïn, Mercedes persiste à penser que la Red Bull RB16B est plus rapide que la W12 dans tous les domaines.

Mercedes craint un plus gros écart avec Red Bull à Imola et Portimão

En alliant stratégie agressive, bonne gestion des pneus et parfaite défense dans le pilotage en fin de course, Lewis Hamilton et Mercedes ont triomphé lors du Grand Prix d'ouverture de la saison à Bahreïn. Mais en dépit de la joie qu'a procuré ce succès, deux semaines après des essais hivernaux difficiles, l'écurie allemande n'estime pas du tout avoir pris la main sur Red Bull Racing. Au contraire, les Champions du monde pensent que, sur le papier, la balance penche toujours en faveur de la RB16B face à la W12.

"Nous n'avons pas vraiment de points forts par rapport à eux", assure le directeur de l'ingénierie piste Andrew Shovlin. "Pendant de nombreuses années, nous avons pu compter sur la vitesse de pointe, ou la vitesse de passage en courbe voire dans les enchaînements de virages. Mais ici [à Sakhir], nous ne leur avons pas pris de temps, à aucun endroit. Il y a des virages où ils prenaient beaucoup l'avantage sur nous en qualifications ; ils étaient très forts en vitesse de pointe ainsi que dans les virages 9 et 10. C'est vraiment ça l'essentiel. En qualifications, nous sommes au même rythme qu'eux dans nos meilleurs virages, et ils sont plus rapides dans les autres. Il nous faut une voiture plus rapide, c'est aussi simple que ça."

Lire aussi :

Si Mercedes a souvent joui d'un avantage de performance évident ces dernières saisons, ce n'est toutefois pas la première fois que le constructeur fait face à une menace beaucoup plus proche. Elle est aujourd'hui incarnée par Red Bull, qui a fait d'énormes progrès pendant l'hiver, mais il faut se souvenir qu'en 2018, la firme à l'étoile avait dû attendre le quatrième Grand Prix de la saison, à Bakou, pour décrocher sa première victoire. Cela n'avait pas empêché les troupes de Brackley de coiffer les deux titres mondiaux en fin d'année.

"Nous avons connu des années dures ces dernières saisons, ça ne nous est pas étranger et nous devons travailler avec", souligne Andrew Shovlin. "Il y a deux équipes qui sont au coude à coude actuellement. Je crois que ce sera une année difficile. Il ne fait aucun doute que Red Bull gère très bien. Ils sont affutés, concentrés et ils ne font pas beaucoup d'erreurs. Max [Verstappen] est clairement un pilote très mature et très intelligent désormais, et c'est difficile. Ils progressent bien. Chaque saison ils ont montré qu'ils avaient la capacité de développer beaucoup de performance sur leur voiture. Alors compte tenu du point de départ, ça ne va pas être un championnat facile. Ça va être serré et nous n'abandonnerons pas. Et ils vous diront la même chose."

La Mercedes W12 conserve une marge de progression

Dans l'immédiat, Mercedes sait donc qu'il y a encore beaucoup de travail à fournir pour faire progresser sa monoplace. Et l'écurie se méfie d'autant plus du fait que, selon ses ingénieurs, le tracé de Sakhir lui était peut-être favorable. Les caractéristiques très différentes des deux prochains circuits visités, Imola puis Portimão, suscitent ainsi une certaine appréhension.

La monoplace de Lewis Hamilton, Mercedes W12, dans son garage

"Je ne crois pas que nous soyons suffisamment bons à haute vitesse, et il y en a beaucoup à Imola et Portimão alors que c'est un domaine dans lequel ils [Red Bull] ont l'avantage sur nous pour le moment", redoute Andrew Shovlin. "Bahreïn est un circuit qui fait figure d'exception : il est très exigeant avec les pneus arrière et il y a eu beaucoup de vent. Nous avions du vent à 30 ou 40 km/h, ce qui correspond à peu près à la fourchette haute de ce que l'on peut rencontrer dans une saison normale."

"Nous espérions certainement que ce ne soit pas l'un de nos meilleurs circuits, parce que c'était difficile pour nous, et au bout du compte nous avons amené la voiture dans une fenêtre raisonnable. Mais ce fut un travail très difficile. Si l'on regarde Red Bull lors des essais hivernaux et lors des essais libres, leur voiture fonctionnait vraiment bien. À aucun moment ils n'ont semblé avoir une faiblesse. Espérons que nous irons sur des circuits qui nous conviendront plus que ça."

Mercedes accepte donc son sort à l'instant T mais ne se résout à aucun fatalisme. Oui, la W12 est actuellement en retrait par rapport à sa principale concurrente, mais les ressources dont dispose l'écurie – qu'elles soient humaines, matérielles ou financières – seront mises à contribution pour relever un défi au long cours, alors que 22 autres Grands Prix sont à disputer.

"Quel est notre état d'esprit ? Nous ne pensons toujours pas avoir la meilleure voiture, mais nous ne pensons pas encore avoir tout extrait du package", rassure Andrew Shovlin. "Quand on développe une voiture, il y a beaucoup de domaines que l'on cherche à exploiter pour la performance, et pour certains d'entre eux, nous ne pensons pas avoir tout vu. Nous allons travailler dur pour apporter de la performance à la voiture lors des deux prochains Grands Prix. Mais je pense que ce sera dur. Sur ces circuits, il y a des éléments qui nous emmèneront dans la bonne direction. Nous avons eu du mal avec le train arrière à Bahreïn, et ces tracés sont un peu plus simples à cet égard. Mais concernant les hautes vitesses, nous ne voulons pas être naïfs, ce ne sera pas un atout pour nous."

partages
commentaires
Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie
Article précédent

Wolff répond aux critiques de Bottas sur sa stratégie

Article suivant

Ocon : "Alpine doit avoir un peu plus de marge"

Ocon : "Alpine doit avoir un peu plus de marge"
Charger les commentaires