Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
40 jours

Mercedes inquiet pour les deux prochains Grands Prix

partages
commentaires
Mercedes inquiet pour les deux prochains Grands Prix
Par :
27 août 2019 à 12:41

Si la Mercedes W10 est clairement la monoplace la plus compétitive en cette saison 2019 de Formule 1, avec huit pole positions et dix victoires en 12 Grands Prix, elle fait face à une concurrence féroce de Red Bull et de Ferrari. Toto Wolff craint que la situation ne s'accentue lors des deux courses à venir.

Bien que souffrant d'un déficit d'appui aérodynamique, la Ferrari SF90 jouit d'une vitesse de pointe remarquable grâce aux performances de son unité de puissance. De quoi inquiéter Mercedes, car cela pourrait jouer un rôle majeur sur les circuits aux longues pleines charges – par exemple Spa-Francorchamps et Monza, qui accueillent les deux prochains Grands Prix au programme, en Belgique et en Italie.

Lire aussi :

Lorsque La Gazzetta dello Sport lui demande quels tracés il craint le plus parmi les neuf restant au programme cette saison, Toto Wolff (directeur de Mercedes AMG F1) répond : "Spa, Monza et ensuite le Mexique. Les pistes qui présentent de longues lignes droites." Quant à savoir si Max Verstappen sera généralement l'adversaire le plus dangereux des Flèches d'Argent, ayant remporté deux des quatre dernières courses : "Non, cela dépendra des pistes. À Spa et à Monza, je m'attends à ce que la Ferrari soit très forte."

Bien entendu, Mercedes pourrait mettre toutes les chances de son côté en lançant sa seconde et ultime évolution moteur dès Spa-Francorchamps, tandis que la version précédente serait éventuellement réutilisée sur un circuit lent comme Singapour. "C'est une possibilité, mais nous n'avons pas encore décidé", confie Wolff.

Toto Wolff, directeur exécutif, Mercedes AMG

Malgré un bilan comptable largement favorable à Mercedes, qui caracole en tête des deux championnats, Wolff tient à nuancer la situation. "Avant toute chose, les chiffres ne disent pas toute la vérité", insiste l'Autrichien. "Ferrari aurait pu gagner à Bahreïn et à Bakou avec Leclerc [victime d'un problème technique alors qu'il menait à Bahreïn, coupable d'un accident en qualifications à Bakou, ndlr], et ils étaient devant au Canada avec Vettel [avant une pénalité de cinq secondes pour un incident avec Hamilton]. Nos victoires auraient donc pu n'être que sept. Le secret en tout cas est de toujours se confronter à ses hommes, de comprendre leurs motivations. Et de rafraîchir les objectifs."

Quant aux difficultés rencontrées par la Scuderia Ferrari, qui reste sur une décevante série de 15 Grands Prix sans victoire, Wolff prouve encore une fois qu'il ne sous-estime jamais ses rivaux. "Je ne connais pas leurs dynamiques internes, alors je ne suis peux pas répondre. Mais des femmes et des hommes compétents travaillent à Maranello et j'ai de l'estime pour [le directeur d'équipe] Mattia Binotto, qui est un fin technicien et une personne intelligente", conclut-il.

Avec Léna Buffa

Article suivant
Pneus - Mercedes et Ferrari sur la même longueur d'onde à Monza

Article précédent

Pneus - Mercedes et Ferrari sur la même longueur d'onde à Monza

Article suivant

Légèrement blessé, Norris porte une attelle

Légèrement blessé, Norris porte une attelle
Charger les commentaires