Formule 1 GP de Belgique

Mercedes doute sur les raisons du marsouinage à Spa

Mike Elliott, Chief Technical Officier de Mercedes F1, a confié que l'équipe n'était pas encore certaine de l'origine du marsouinage de ses monoplaces lors du Grand Prix de Belgique.

George Russell, Mercedes F1 W14

Avec la modification du Règlement Technique effectuée cette saison, Mercedes est considérablement moins touché par le marsouinage, phénomène aérodynamique qui avait miné sa campagne 2022. Mais au Grand Prix de Belgique, Lewis Hamilton et George Russell ont tous deux signalé un marsouinage important.

Mike Elliott, responsable technique de l'équipe allemande, a expliqué que Mercedes devait encore déterminer si ce problème était spécifique au circuit ou aux réglages, étant donné que le format sprint n'a offert qu'une seule séance d'essais libres, sur piste mouillée de surcroît.

"Nous avons assurément eu beaucoup de rebonds ce week-end. Les deux pilotes nous l'ont dit et nous avons pu le constater sur les données", a-t-il indiqué. "Nous pouvions également voir beaucoup de rebonds sur les autres voitures et je pense qu'une partie de cela est due à la nature du circuit de Spa. En fait nous avons eu d'énormes rebonds l'année dernière, comme la plupart des équipes."

"En termes de performance, cela affecte assurément la performance des voitures parce que cela affecte la capacité des pilotes à extraire le maximum d'adhérence de la voiture, leur équilibre et leur capacité à freiner au bon moment."

En ce qui concerne l'enquête menée par Mercedes, Elliott a ajouté : "C'est un point sur lequel nous allons travailler à l'avenir. Nous devons nous demander quelle est la part d'implication du circuit [dans le marsouinage] et quelle est celle des réglages, car c'était évidemment un week-end sur le mouillé, un week-end où nous n'avons pas roulé sur le sec jusqu'au moment de la course."

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W14

Lewis Hamilton, Mercedes F1 W14

"Nous allons également examiner de près l'évolution et nous assurer que nous n'avons pas introduit de rebonds avec celle-ci mais, pour le moment, nous pensons que c'est probablement le fruit des réglages ou du circuit lui-même."

Pourquoi deux package aéro différents ?

Enfin, Elliott a noté que le manque d'essais expliquait pourquoi les deux pilotes de la marque à l'étoile s'étaient retrouvés avec des packages aérodynamiques différents à Spa, Russell ayant opté pour plus d'appui que Hamilton.

"Comme tous les week-ends de course, nous commençons par travailler avec le simulateur", a déclaré Elliott. "Travailler pour essayer de trouver les bonnes exigences d'équilibre de la voiture, le niveau d'appui que nous voulons utiliser, où nous allons placer notre équilibre mécanique et notre équilibre aérodynamique, afin de nous situer à peu près dans la bonne fenêtre."

"Les deux pilotes ont donc suivi ce programme avant le week-end de Spa et, dans le cas de George, il a estimé que l'aileron arrière plus grand lui offrait [de meilleures] options. Il préférait l'équilibre de la voiture [avec cet aileron] et il a donc choisi de commencer le week-end de course avec celui-ci. Normalement, les deux pilotes se rapprochent au cours du week-end de course, mais ce week-end était plutôt humide, il n'y a pas eu de roulage sur le sec, et les deux pilotes aimaient bien la voiture qu'ils avaient, alors ils ont choisi de rester là où ils étaient."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Alonso : Vu les résultats d'Alpine, Szafnauer "devrait se taire"
Article suivant Gestion des pneus : du mieux chez Ferrari, mais est-ce suffisant ?

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse