Mercedes justifie l'accident de Hamilton

Lors de la deuxième séance d'essais libres du Grand Prix du Canada, la pluie a mis un terme au festivités pour l'ensemble du plateau après seulement trente-cinq minutes. Tout le plateau? Pas Mercedes!

En effet, l'écurie anglo-allemande a envoyé ses deux pilotes en piste en pneus intermédiaires, alors que la pluie s'intensifiait. Or, Lewis Hamilton est parti en aquaplaning à l'épingle, percutant le mur de pneus. Comment justifie-t-on la décision de prendre la piste dans ces conditions délicates au sein de l'équipe? Selon Toto Wolff, il était essentiel de faire des essais de départ sur piste humide.

"On apprend beaucoup à propos de la calibration de l'embrayage," explique l'Autrichien à Sky Sports F1. "C'est un exercice que nous devons faire."

Du côté de l'unité de puissance, Mercedes a apporté des améliorations liées à la fiabilité, et par conséquent, ne nécessitant pas de jeton. Ferrari, au contraire, a utilisé trois jetons pour améliorer le niveau de performance de son unité de puissance, ce qui n'est pas pour rassurer Wolff.

"Du côté de la fiabilité, nous avons changé des choses qui nous inquiétaient un peu, nous les avons changées sur la deuxième unité de puissance," déclare-t-il. "Ferrari a l'air d'avoir fait un grand pas en avant."

"On ne sait jamais, les jetons sont une décision stratégique et nous avions le sentiment de ne pas encore pouvoir les utiliser intelligemment. Ils étaient proches en Malaisie et nous nous attendons à ce qu'ils réduisent l'écart," conclut Wolff.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Lewis Hamilton
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags accident, aquaplaning, hamilton, wolff