Mercedes : La foi en la F1 et le vœu d'attirer Audi et BMW

A l'image del'immense fête offerte à ses fans samedi à Stuttgart, Mercedes est au sommet de son engagement en sport automobile après avoir dominé la saison 2014 de Formule 1

A l'image de

l'immense fête offerte à ses fans samedi à Stuttgart

, Mercedes est au sommet de son engagement en sport automobile après avoir dominé la saison 2014 de Formule 1. De retour en tant que constructeur en 2010, via le rachat de Brawn GP, la firme à l'Etoile aura mis cinq années à atteindre son objectif, aujourd'hui matérialisé par deux titres mondiaux.

"Nous n'avons jamais imaginé que ce succès serait si difficile et prendrait tellement de temps à être accompli", reconnait Dieter Zetsche dans Sport Bild. Le PDG de Daimler, maison-mère de Mercedes, est un ambitieux et suit de très près l'évolution de la marque en F1. Il ne fait par ailleurs aucune place au doute quant à l'engagement fort de Mercedes dans la discipline. "Si nous faisons quelque chose, nous le faisons correctement", lance-t-il. "Par conséquent, à aucun moment nous ne nous sommes interrogés sur la question fondamentale de notre engagement, et nous n'avons pas non plus l'intention de changer nos plans."

Convaincu de l'importance d'être présent en F1, Zetsche estime qu'il s'agit de la discipline dans laquelle il faut être pour un constructeur de l'envergure de Mercedes. A l'heure où plusieurs grands noms optent pour l'Endurance et les 24 Heures du Mans, il n'hésite pas à prendre le contre-pied en faisant part de sa vision. "Une année entière à travailler pour 24 Heures, nous ne considérons pas que c'est un bon ratio d'investissement financier", estime-t-il, avant de défendre le spectacle proposé par la F1 en cette année 2014 : "C'est absurde de dire que la Formule 1 est morte. Je ne peux pas penser à une saison plus excitante. Toutes les critiques ont été largement menées par ceux qui n'ont pas connu le succès."

Un engagement fort, un investissement plus grand que jamais

A terme, le grand patron du constructeur allemand souhaiterait surtout voir ses plus proches concurrents sur le marché automobile venir se frotter aux Flèches d'Argent dans le Formula One Circus. "Nous partageons – et je parle du business premium – environ 80% du marché mondial avec Audi et BMW", souligne-t-il. "Bien sûr, nous admirons énormément Red Bull et Ferrari, et les autres équipes. Néanmoins, d'autres équipes de constructeurs seraient les bienvenues pour nous."

De nouveaux victorieux en F1, Mercedes-Benz y est donc plus que jamais engagé, avec la ferme intention de contribuer fortement à améliorer l'image d'une discipline qui a essuyé de nombreuses critiques en 2014, que ce soit en raison de sa nouvelle réglementation technique, ou par son modèle économique et son manque de proximité avec les fans. Un point sur lequel Zetsche veut faire bouger les lignes.

"Sans aucun doute, nous n'avons pas suffisamment exploité le potentiel de la Formule 1, car les canaux officiels de communication n'ont pas été utilisés de manière professionnelle", lance-t-il, non sans penser certainement à Bernie Ecclestone. "Nous sommes plus investis que jamais pour contribuer à professionnaliser le sport dans ce domaine ; mieux intéresser les fans les plus jeunes est une question centrale."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Équipes Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités