Mercedes manquait d'outils pour vite régler les problèmes de la W13

Dans sa recherche des solutions aux problèmes de la W13, Mercedes a pris du retard en début de saison en raison d'un manque d'outils cruciaux.

Mercedes manquait d'outils pour vite régler les problèmes de la W13

Toujours à la recherche de sa première victoire de la saison après huit années de domination, Mercedes demeure à la peine face à Red Bull et Ferrari, qui ont mieux entamé 2022 et sont parvenus à mieux gérer la problématique du marsouinage et des rebonds en général. Le choix de la philosophie "zéro ponton", qui semblait intéressante sur le papier, s'est rapidement retourné contre l'écurie allemande.

Outre le manque de performance, le comportement difficile et les rebonds, l'idée de produire de l'appui le plus près possible du sol n'apparaît pas être la direction suivie par la plupart des voitures de la génération 2022. Mercedes pense quoi qu'il en soit avoir trouvé la raison des ces difficultés et s'affaire à travailler pour que sa F1 de l'année prochaine soit capable de retrouver les avant-postes.

Pour Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes, une des explications aux problèmes de l'Étoile réside notamment dans le temps perdu en début de campagne en raison de données provenant de l'usine qui n'aidaient pas à améliorer la compréhension de ce qui ne tournait pas rond : "Nous n'avions pas les outils, les simulations et la compréhension nécessaires pour découvrir les problèmes que nous avons créés, avec la façon dont la voiture a été développée."

"Nous ne pouvions pas la faire rouler comme nous le voulions sur le plan aérodynamique, et sur le plan mécanique, elle n'était jamais dans la bonne zone. Il nous a fallu plusieurs mois pour revenir sur certaines des mesures que nous avons prises. Je ne veux pas dire par là que nous avons découvert le Saint Graal, que nous avons tout compris et que nous allons tout déchirer l'année prochaine. Mais nous sommes maintenant dans une période cruciale : littéralement, au cours des deux prochains mois, nous devrons, avec un certain degré de précision, comprendre ce qui doit être fait pour l'année prochaine."

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes.

Toto Wolff, directeur exécutif de Mercedes.

Chez Mercedes, on veut en tout cas croire que l'hiver permettra de faire finalement plus de progrès que toute la saison 2022. Pour Lewis Hamilton, les leçons apprises cette année et les retours des pilotes permettront d'aller dans la bonne direction avec la future W14.

"La voiture a du potentiel", a déclaré le septuple Champion du monde. "Nous avons de l'appui, c'est juste que dans certains endroits nous ne pouvons pas l'utiliser. Et le comportement, bien sûr, est un domaine dans lequel nous pouvons toujours nous améliorer. Mais je suis à l'aise avec la direction que nous prenons. J'ai confiance à 1000% dans les gens de l'usine, qui assemblent toutes les pièces du puzzle, et je n'ai aucun doute sur le fait que nous serons de retour dans une position favorable l'année prochaine."

Aucune décision n'a semble-t-il été prise concernant le maintien éventuel de l'approche conceptuelle de la voiture 2022 en 2023. "On dit toujours que la voiture la plus rapide est celle qui a le meilleur concept donc, vous savez, aujourd'hui, ce serait Red Bull", a lancé le responsable de l'ingénierie de piste, Andrew Shovlin. "Il est difficile de dire ce qu'il en sera l'année prochaine."

"Il est certain que nous, en tant qu'équipe, n'avons pas fixé ce à quoi notre voiture va ressembler. Nous sommes encore en train d'explorer différents concepts. Et ce processus va se poursuivre pendant un certain temps. Mais nous cherchons simplement ce qui nous donnera la meilleure opportunité de développement dans le cadre de ces nouvelles règles."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Le point sur les séances rookies de 2022
Article précédent

Le point sur les séances rookies de 2022

Article suivant

La caméra gyroscopique, dernière innovation TV de la F1

La caméra gyroscopique, dernière innovation TV de la F1