Mercedes - Peut-être que la tape sur les doigts n'est pas suffisante

Événement marquant du Grand Prix de Belgique, l'accrochage entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton déchaîne les passions depuis la fin de l'épreuve, notamment envers l'Allemand, sifflé alors qu'il recevait le trophée de la deuxième place sur le podium

Événement marquant du Grand Prix de Belgique, l'accrochage entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton déchaîne les passions depuis la fin de l'épreuve, notamment envers l'Allemand, sifflé alors qu'il recevait le trophée de la deuxième place sur le podium.

Mercedes tenait à sa politique visant à laisser les pilotes se battre, mais cela pourrait bien prendre fin. C'est un Toto Wolff livide qui a désigné cette situation comme étant inacceptable et qui indique clairement que le management de l'équipe pourrait sévir devant cette situation.

"Aujourd'hui, nous avons vu les limites de la tape sur les doigts", déclare l'Autrichien de façon significative. "Peut-être que la tape sur les doigts n'est pas suffisante. Si Lewis dit que cela va être une tape sur les doigts et qu'il n'y aura pas de conséquences, alors il n'est pas conscient des conséquences que nous pouvons mettre en œuvre".

Wolff refuse pour l'instant de rejeter la faute sur Rosberg, alors même que Hamilton affirme que l'Allemand aurait avoué un geste volontaire : le dirigeant de l'écurie allemande cherche plutôt à faire en sorte que l'incident ne se reproduise pas.

"Nous allons écouter l'opinion des deux gars, je crois que nous le leur devons", estime Wolff. "Nous n'allons pas pointer Nico du doigt et dire "tu as tout fait foirer", car ils se battent très dur pour le championnat et cela aurait pu être l'inverse. Par principe, nous devons analyser ce qui est arrivé, en tirer des conclusions et faire en sorte que cela n'arrive plus".

"Nous en avons déjà parlé, au début de la saison", rappelle-t-il. "Il était clair qu'ils ne devaient pas s'accrocher. Nous avons eu des courses absolument passionnantes où ils se battaient avec fair-play de façon particulièrement enthousiasmante pour nous tous. Désormais, nous sommes arrivés à un point où c'est très serré, et nous devons probablement aborder ça avec plus d'intensité pour être sûrs que cela respecte les règles fixées au début de la saison".

Wolff ne cache pas que l'accrochage d'aujourd'hui et les précieuses unités perdues par Mercedes dans les deux championnats pourraient pousser le constructeur à adopter une stratégie plus conservative d'ici la fin de la saison, quitte à ne plus offrir le même spectacle que, par exemple, au Grand Prix de Bahreïn.

"Nous sommes tous fans et nous devons les laisser se battre, pour nous, et pour tout le monde. Aujourd'hui, cette philosophie a eu pour résultat la perte de nombreux points précieux pour Mercedes", déplore l'Autrichien, "et nous ne voulons pas nous retrouver, à Abu Dhabi, avec une saison où nous avons perdu le championnat, que ce soit celui des constructeurs ou celui des pilotes, parce que nous aimons trop la course".

"Nous n'avons probablement pas encore appuyé sur le bouton d'auto-destruction, mais il y a beaucoup en jeu, et si on ne le gère pas correctement, on pourrait y arriver. C'est une chose d'avoir des courses géniales et de les laisser se battre, mais si on a l'air idiots à la fin de la saison, alors on n'a rien gagné", conclut-il avec réalisme.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Nico Rosberg , Toto Wolff
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités