Formule 1
14 août
Événement terminé
28 août
Événement terminé
04 sept.
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
C
GP de l'Eifel
11 oct.
Course dans
19 jours
23 oct.
Prochain événement dans
30 jours
31 oct.
Prochain événement dans
38 jours
13 nov.
Prochain événement dans
51 jours
04 déc.
Prochain événement dans
72 jours
C
GP d'Abu Dhabi
11 déc.
EL1 dans
80 jours

Mercedes réagit pour éviter toute nouvelle erreur dans les stands

partages
commentaires
Mercedes réagit pour éviter toute nouvelle erreur dans les stands
Par :

Après une erreur à laquelle l'écurie Mercedes ne nous avait pas habitués, commise le week-end dernier lors du Grand Prix d'Italie, des mesures ont été prises afin d'éviter tout nouvel impair.

À Monza, Lewis Hamilton était rentré au stand pendant l'intervention de la voiture de sécurité, alors que la pitlane avait été fermée par la direction de course. Cette fermeture de la voie des stands est tombée 11 secondes après le déploiement du Safety Car consécutif à l'arrêt en bord de piste de Kevin Magnussen, mais Mercedes n'a pas vu l'information. Les commissaires n'avaient eu d'autre choix que d'infliger au Britannique la sanction prévue pour un tel cas de figure, à savoir un stop-and-go de 10 secondes. Alfa Romeo est la seule autre écurie à avoir fait la même erreur, écopant d'une pénalité similaire pour Antonio Giovinazzi

Lire aussi :

Devant cette erreur qui a probablement coûté la victoire à Hamilton – qui a finalement terminé septième après une belle remontée depuis le fond du peloton – Mercedes a lancé la création d'un nouveau logiciel. Celui-ci permettra aux ingénieurs et stratèges d'être prévenus par un signal additionnel à celui des écrans de contrôle en cas de fermeture de la voie des stands.

"Dans la séquence, deux éléments d'information nous disaient que l'entrée de la voie des stands avait été fermée", détaille James Vowles, chef de la stratégie chez Mercedes. "Le premier était sur les panneaux en bord de piste, avec une croix dessus, une crois rouge indiquant le statut : quand le pilote la voit, il doit rester en piste. Le second est ce que nous avons sur les écrans TV devant nous. L'un d'eux est appelé 'page 3' et contient un certain nombre de messages que la FIA veut nous envoyer. Ce peut être un drapeau jaune ou une intervention de la voiture de sécurité, mais aussi la fermeture de la voie des stands."

Concentrés sur la gestion de l'arrêt au stand à venir, l'ingénieur en chef Andrew Shovlin, le directeur sportif Ron Meadows et James Vowles n'ont justement pas vu ce message de fermeture de la pitlane.

"C'était le point clé dans une course où tout le peloton serait passé par les stands", souligne Vowles. "Lewis demandait un autre train de pneus, nous étions en train de regarder si nous avions le temps, si c'était la bonne décision ou pas. Il y a eu toutes ces conversations qui ont pris quelques secondes. Ce que l'on ne fait pas particulièrement, c'est regarder une seule ligne sur l'écran qui indique que la pitlane est fermée. Shov et moi avons vécu des cas similaires. La dernière fois que c'est arrivé, c'est au Brésil en 2016, c'est arrivé deux fois là-bas mais il était évident que la pitlane serait fermée. Il y avait un accident et beaucoup de débris, on n'aurait pas voulu passer par les stands à ce moment-là. Cette fois-ci, c'était différent, ça ne nous a pas incités à regarder impérativement l'écran et une ligne unique qui était cachée par d'autres informations, et nous l'avons manquée. Il ne nous a pas fallu longtemps pour le repérer."

Prenant en effet conscience de la situation, Mercedes a eu le temps de prévenir Valtteri Bottas qu'il ne devait pas rentrer au stand. L'écurie Championne du monde estime également que Lewis Hamilton n'est pas à blâmer malgré les panneaux qu'il n'a pas vu en bord de piste.

"Il prenait la Parabolique à ce moment-là, toujours à une vitesse élevée", rappelle Vowles. "Le pilote essaie de contrôler l'auto et aussi de rester dans le bon chrono delta par rapport à la voiture de sécurité, tout en se préparant à s'arrêter puisque nous l'avions appelé au stand. Il se passait beaucoup de choses pour lui, et ce n'est pas habituel de regarder un panneau qui est situé loin sur la gauche de la piste. Normalement, ça n'affiche que le symbole de la voiture de sécurité, dont il avait déjà conscience. On prend une pénalité si l'on va trop vite, ou si l'on va trop lentement sous voiture de sécurité, donc sa priorité était de contrôler cela tout en préparant l'arrêt au stand."

Imola planche sur l'accueil de 13 000 spectateurs

Article précédent

Imola planche sur l'accueil de 13 000 spectateurs

Article suivant

Ferrari présente sa livrée spéciale pour son 1000e GP

Ferrari présente sa livrée spéciale pour son 1000e GP
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine