Mercedes : Red Bull voit "un fantôme" sur l'aileron arrière

Alors que Red Bull évoque des "marques" suspectes sur l'aileron arrière de la Mercedes W12, le directeur exécutif de l'écurie allemande, Toto Wolff, estime que ses adversaires voient "un fantôme".

Mercedes : Red Bull voit "un fantôme" sur l'aileron arrière

Depuis le Grand Prix de São Paulo, Red Bull Racing remet clairement en cause la légalité de l'aileron arrière des Mercedes W12. Selon l'écurie autrichienne, l'avantage en vitesse de pointe démontré par Lewis Hamilton en qualifications et lors de ses deux remontées à Interlagos ne peut seulement provenir du moteur à combustion neuf monté pour cette épreuve. Ce nouvel épisode contribue à accentuer la tension de plus en plus forte qui s'est emparée de la lutte pour les titres.

Vendredi, en conférence de presse au Qatar, Christian Horner, directeur de RBR, a lancé que des "marques" sur la plaque d'extrémité sur les bords du plan principal de l'aileron démontraient qu'il était "flexible". Il s'est dit prêt à déposer réclamation si jamais le design incriminé était utilisé à Djeddah et Abu Dhabi, deux circuits où la vitesse de pointe s'annonce cruciale.

Il a également demandé à Toto Wolff, son homologue de Mercedes, d'expliquer les marques prétendument liées à cette flexibilité, une requête à laquelle ce dernier à répondu par : "Je pense que c'est dans ce qui est autorisé". Le responsable de l'ingénierie de piste de la structure de Brackley, Andrew Shovlin, a invité la FIA se pencher sur la W12 "autant qu'ils le veulent" et assuré que les officiels n'avaient "aucun problème" avec la légalité de cette monoplace.

Quand Motorsport.com a interrogé à Wolff, samedi, sur un cliché qui circule (photo ci-dessus) et qui selon Red Bull montre une trace de frottement, donc de flexion, au niveau du plan principal de l'aileron, il a qualifié cela de "fantôme" : "Je ne sais pas où ils ont eu cette photo et ce qu'elle montre réellement. C'est un fantôme".

La FIA a confirmé avoir introduit un test de flexibilité supplémentaire des ailerons arrière après les qualifications du Grand Prix du Qatar afin de découvrir d'éventuelles anomalies. Toutefois, si tel était le cas, elles ne seront pas sanctionnées car les ailerons ont déjà passé les tests qui étaient prévus pour cette épreuve, et déjà renforcés au cours de la saison à partir du Grand Prix de France, mais formeront la base d'exigences futures pour la fin de saison.

Lewis Hamilton (Mercedes W12) lors des essais du GP du Qatar

Lewis Hamilton (Mercedes W12) lors des essais du GP du Qatar

Des tests qui ont été accueillis avec satisfaction par le clan Red Bull, Horner estimant désormais que la vitesse de pointe de Mercedes était "sous contrôle" et "soudainement alignée" avec celle de son équipe. En qualifications, au Brésil, Hamilton avait atteint 327,5 km/h contre 318,3 km/h pour Verstappen ; ce samedi à Losail, les deux hommes ont atteint respectivement 323,9 km/h et 320,5 km/h.

Toutefois, la comparaison est à relativiser car les caractéristiques des deux pistes sont différentes. Wolff explique : "La piste ici est bien moins dépendante du moteur, il faut le signaler, et je pense qu'ils ont juste fait du bon boulot. Leur vitesse en ligne droite avec le gros aileron est identique à la nôtre. Donc oui, je suis heureux qu'ils soient heureux."

"On va aller en Arabie saoudite et peut-être qu'on entendra à nouveau des commentaires. D'une certaine manière, les débats qui sont lancés, je ne peux plus les suivre. On a du mal à suivre pour commenter les rumeurs qui sont faites de ce côté-là."

Questionné sur l'éloignement potentiel d'une menace de réclamation de la part de Red Bull au vu des propos d'Horner, l'Autrichien a répondu : "C'est possible, je ne sais pas ce qu'ils ont l'intention de faire. Comme je l'ai déjà dit, je ne peux pas suivre, je ne peux pas en quelque sorte suivre leur réflexion. Elle semble erratique".

"Mais ce n'est pas grave. Je ne veux pas mettre plus d'huile sur le feu. Nous essayons de nous concentrer sur nous-mêmes et de faire le meilleur travail possible. Nous sommes toujours en retard de 14 points, nous devons faire une bonne course demain [dimanche]. C'est ce qui compte."

Lire aussi :
partages
commentaires
Hamilton : Des règles toujours "pas claires" après le briefing FIA
Article précédent

Hamilton : Des règles toujours "pas claires" après le briefing FIA

Article suivant

Prost : "Max est un peu la chance de Lewis"

Prost : "Max est un peu la chance de Lewis"
Charger les commentaires