Mercedes : "Comme si Red Bull savait que Verstappen avait tort"

Chez Mercedes, on estime que certains signent ne trompent pas chez Red Bull pour confirmer l'établissement des responsabilités dans l'accrochage entre Max Verstappen et Lewis Hamilton à Monza.

Mercedes : "Comme si Red Bull savait que Verstappen avait tort"

Lewis Hamilton n'a pas caché son soulagement devant la sanction prononcée à l'encontre de Max Verstappen après le Grand Prix d'Italie, estimant ainsi être remis dans son bon droit. Dans l'écurie Mercedes, la culpabilité éventuelle du Britannique n'a jamais été envisagée, et la pénalité de trois places que subira son concurrent pour le titre à Sotchi le confirme.

Après l'accrochage polémique survenu entre les deux hommes à la première chicane du circuit de Monza, l'entourage du septuple Champion du monde avait rapidement acquis la conviction qu'il n'avait commis aucune erreur. Pour les dirigeants de Mercedes, il y a d'ailleurs des signes qui ne trompent pas, et la réaction du clan Red Bull est immédiatement décryptée pour l'expliquer. Selon le directeur de l'ingénierie piste Andrew Shovlin, le management de l'écurie de Milton Keynes a retenu ses coups contre Hamilton car elle savait que Verstappen était responsable de l'incident.

"Nous étions évidemment convaincus que Lewis n'avait absolument rien fait de mal, et que Max était le principal responsable", souligne l'ingénieur de Brackley. "Je crois que si l'on observe le fait que même Helmut [Marko] et Christian [Horner] n'ont pas essayé d'accuser Lewis, c'est comme s'ils savaient que Max avait tort, parce qu'ils tenteront d'accuser Lewis à chaque occasion."

Réagissant après la course mais avant d'avoir connaissance de la décision des commissaires, le directeur de Red Bull penchait en effet pour la thèse de l'incident de course entre son pilote et Hamilton.

"Je pense que [Verstappen] en avait assez fait pour qu'on lui donne plus de place sur la gauche", estimait-il au micro de Sky Sports. "Le problème peut être abordé dans les deux sens donc, d'un point de vue neutre, c'est un incident de course. Je pense sincèrement que l'on peut dire que Max aurait dû virer un peu plus à gauche, que Lewis aurait dû lui laisser plus de place. C'est vraiment difficile de rejeter la faute sur l'un ou sur l'autre."

Sportivement, cet accrochage a laissé Verstappen et Hamilton dos à dos au championnat, au lendemain des Qualifs Sprint. L'écart reste de cinq points à l'avantage du Néerlandais, et Mercedes nourrit de gros regrets après avoir eu le sentiment que la victoire à Monza était devenue accessible malgré un départ depuis la quatrième place sur la grille.

"En fin de compte, je pense que ça a coûté une victoire à Lewis, et à coup sûr une deuxième place, car on a toujours le sentiment que c'est relativement facile de remonter trois places si l'on a une voiture compétitive", confie Shovlin. "Mais c'est comme ça, et c'est du passé maintenant. Nous devons faire en sorte de vivre un bon week-end en Russie, et c'est un endroit où la voiture devrait être compétitive."

"Nous vivons des courses compliquées depuis un long moment. L'équipe ne doit pas se laisser distraire et se concentrer sur les performances que nous savons être en mesure de délivrer, des performances dont nous avons besoin pour gagner ces titres mondiaux."

Lire aussi :

partages
commentaires
Première mise à jour pour F1 2021, Portimão ajouté

Article précédent

Première mise à jour pour F1 2021, Portimão ajouté

Article suivant

Billet d'humeur - Les frissons de la déraison

Billet d'humeur - Les frissons de la déraison
Charger les commentaires