Mercedes se lasse des "discussions ridicules" sur le carburant

Les discussions ont été animées en marge du dernier Grand Prix de Bahreïn

Les discussions ont été animées en marge du dernier Grand Prix de Bahreïn. En cause, le manque de spectacle en Formule 1 et des règles qui seraient trop compliquées, notamment concernant les économies de carburant. Alors que certains ont évoqué la possibilité de revenir en arrière sur ce point la saison prochaine, en diminuant les restrictions de débit limité au-delà de 10 000 trs/min par exemple, Mercedes estime que ce serait un pas en arrière dangereux pour la F1.

Patron technique de l'écurie allemande, Paddy Lowe pense que c'est aux équipes de concevoir des monoplaces capables de respecter ces limites sans pour autant avoir à rouler en-dessous de leurs possibilités pour les respecter.

"Je ne pense pas que cela a du sens", affirme-t-il. "La F1 est une question de technologie, avec des objectifs tendus. Les 100 kg [de carburant] par course et le débit limité à 100 kg/h sont des chiffres parfaits. Car si l'équipe qui gagne la course court en respectant ces limites, et n'a pas à faire des économies inhabituelles de carburant, c'est que son jugement est parfait."

"Si c'est tendu pour d'autres voitures, ils doivent essayer d'atteindre cette limite. La nature de la F1 est de pousser la technologie à la limite et au-delà. Et c'est ce que nous avons. Revenir en arrière l'année prochaine est absurde. Si un point doit être étudié pour l'année prochaine, c'est peut-être d'aller vers 95 kg par course. C'était le concept d'origine."

La fronde contre la nouvelle réglementation est en grande partie menée par Ferrari et son président Luca di Montezemolo, qui a rencontré Jean Todt et Bernie Ecclestone le week-end dernier. Parmi les idées lancées pour modifier ces règles, certaines ont fait bondir Paddy Lowe.

"La première suggestion était de dire qu'il fallait 110 kg de carburant. Mais est-ce que quelqu'un a réalisé que l'on ne peut pas mettre 110kg dans ces voitures ? Ensuite ils ont dit, raccourcissons les courses. Peut-on imaginer de vendre un tel concept au public ? Ce serait comme si nous décidions que les athlètes ne sont plus en bonne forme de nos jours et que le marathon doit être réduit de 2 kilomètres. J'espère que l'on va pouvoir mettre tout ça derrière nous et que toutes ces discussions ridicules sur les économies d'essence ou autre vont s'arrêter."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Luca di Montezemolo , Jean Todt , Bernie Ecclestone
Équipes Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités