Mercedes reconnaît toujours "souffrir" d'une fiabilité chancelante

Toto Wolff a reconnu que les difficultés moteur rencontrées par Mercedes n'étaient pas "insignifiantes", alors que Valtteri Bottas va écoper à Austin de sa troisième pénalité en quatre Grands Prix.

Mercedes reconnaît toujours "souffrir" d'une fiabilité chancelante

Ce vendredi, Mercedes a confirmé que Valtteri Bottas allait à nouveau devoir changer un élément de son unité de puissance, à savoir le moteur à combustion interne, ce qui résultera en une pénalité de cinq places sur la grille de départ du Grand Prix des États-Unis ce dimanche. Le Finlandais a déjà été renvoyé en fond de grille en Italie et en Russie pour des changements de moteur.

Rien qu'à Austin, deux autres pilotes dotés de moteurs à l'étoile doivent monter des nouveaux éléments hors quota, à savoir Sebastian Vettel chez Aston Martin et George Russell chez Williams.

En Turquie, Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, avait indiqué qu'il existait de réels problèmes et qu'il fallait les contenir en cette fin de saison, à défaut de pouvoir définitivement y remédier. Dans un entretien pour Sky Sports au Texas, l'Autrichien a admis que son équipe composait avec "des soucis de fiabilité qui ne cessent de revenir".

Puis il a ajouté : "Je pense que nous comprenons maintenant beaucoup mieux de quoi il s'agit. Mais cela signifie qu'il n'y a pas de durabilité et cela signifie que c'est potentiellement un risque d'abandon."

S'exprimant ensuite en conférence de presse de la FIA, Wolff a expliqué en quoi consistait le travail de Mercedes désormais : "Je pense que vous voyez que nous souffrons de la fiabilité cette année. Pour Valtteri, je crois que nous passons au sixième moteur, et ce n'est pas quelque chose que nous choisissons."

"Mais au contraire, nous essayons vraiment de maîtriser les problèmes, et nous ne les avons pas entièrement compris. Je pense que nous sommes un peu plus proches maintenant, donc nous ne sommes pas toujours à l'aise avec les moteurs. Nous nous accrochons pour survivre en fournissant tous les clients, et ce n'est pas insignifiant."

Wolff a qualifié de "conneries" les allusions faites à un potentiel problème concernant les soupapes d'air du moteur, mais il a évité de s'étendre sur les problèmes rencontrés lors de la conférence de presse "pour des raisons évidentes".

 

Wolff a reconnu que la fiabilité était "toujours une préoccupation" étant donné la lutte serrée pour le titre dans laquelle Mercedes se trouve cette année. Lewis Hamilton n'est qu'à six points de Max Verstappen au championnat des pilotes avec six courses restantes.

"Je pense que lorsque vous regardez Monza, par exemple, Valtteri a dû partir de l'arrière, et nous avons perdu des points en cours de route", a ajouté Wolff. "Nous essayons de pousser la performance chaque année, et cette année, nous sommes arrivés à un point où cela nous a coûté des points. Au cours des sept ou huit dernières années, cet état d'esprit nous a fait gagner des courses et des championnats.

"J'aurais donc espéré quelques pénalités en moins et d'utiliser moins de moteurs, mais cette année, cela nous a vraiment touchés de plein fouet. McLaren et Aston Martin ont plus de chance, et à cet égard, nous devons juste prendre les choses en main et faire le meilleur travail possible."

Lire aussi :

partages
commentaires
Bottas ne savait pas qu'Alfa Romeo pourrait céder les commandes à Andretti
Article précédent

Bottas ne savait pas qu'Alfa Romeo pourrait céder les commandes à Andretti

Article suivant

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan
Charger les commentaires