Mercedes : Des vibreurs peu agressifs à l'origine des crevaisons

Selon Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste Mercedes, les dégâts et crevaisons vus au Grand Prix du Qatar sont dus au profil lisse des vibreurs du circuit.

Tout au long du week-end du Grand Prix du Qatar, de nombreux pilotes ont endommagé leur monoplace sur les vibreurs de Losail : en raison de passages répétés, Charles Leclerc et Nikita Mazepin ont été contraints de changer de châssis, Pierre Gasly a cassé son aileron avant et Valtteri Bottas, Lando Norris, George Russell et Nicholas Latifi ont tous les quatre connu des crevaisons en course.

D'aucuns pourraient penser que le problème viendrait du profil agressif des vibreurs mais selon Andrew Shovlin, c'est tout l'inverse. Le directeur de l'ingénierie piste Mercedes a avancé que les crevaisons et les autres dégâts avaient été facilités par des vibreurs très plats qui ne dissuadaient pas les pilotes de rouler dessus.

"C'est étrange parce que le problème, c'est que [les vibreurs] étaient en fait trop lisses, donc il était possible de bien rouler dessus", a-t-il expliqué. "L'aileron avant est très proche du sol et en roulant sur [les vibreurs], il racle le sol. De plus, les pneus ne sont vraiment pas ménagés. Bizarrement, s'ils avaient été plus agressifs, ils auraient probablement été plus doux avec les voitures et les pneus. En plus de pouvoir rouler dessus, il était nécessaire de le faire pour aller vite. Et c'est là où il y a un risque."

Michael Masi, directeur de course de la F1, a déclaré qu'il n'y avait rien d'unique avec les vibreurs de Losail, ce type de profil étant régulièrement utilisé en MotoGP et en F1. À titre d'exemple, ces mêmes vibreurs plats sont logés dans les deux derniers virages du Red Bull Ring, qui accueille le Grand Prix d'Autriche F1 et moto depuis plusieurs années.

"Ce sont les [vibreurs] standards FIA/FIM que nous voyons depuis toujours aux deux derniers virages [du Red Bull Ring]", a indiqué Masi au sujet des bordures de Losail. "Je pense que les pilotes essayaient notamment de tout utiliser à leur avantage [au GP du Qatar]."

Pirelli, manufacturier unique du championnat, a ouvert une enquête afin de connaître les raisons de ces crevaisons à répétition. En attendant le résultat, Mario Isola, directeur de Pirelli F1, a précisé : "Tout petit débris, tout vibreur peut provoquer une petite crevaison, et le pneu perdant de l'air, quand il est endommagé, ne peut soutenir le haut niveau d'énergie que ces voitures lui font subir."

Lire aussi :

partages
commentaires
Masi : La critique de Horner "n'est pas acceptable"
Article précédent

Masi : La critique de Horner "n'est pas acceptable"

Article suivant

McLaren voit le top 3 s'éloigner dans la douleur

McLaren voit le top 3 s'éloigner dans la douleur
Charger les commentaires