Mercedes dévoile une vidéo du retrait de la roue de Bottas

Mercedes est finalement parvenu à retirer la roue avant droite de la voiture de Valtteri Bottas après l'arrêt catastrophique qui a obligé le Finlandais à abandonner au GP de Monaco.

Mercedes dévoile une vidéo du retrait de la roue de Bottas

La roue avant droite de la Mercedes W12 de Valtteri Bottas était devenue une petite célébrité depuis l'arrêt catastrophique et finalement jamais complété du Finlandais lors de la course du Grand Prix de Monaco. En effet, après les vaines tentatives des mécaniciens avant l'abandon, plusieurs autres essais ont été effectués après la course pour retirer ce pneu récalcitrant, avant que Mercedes ne décide d'y procéder tranquillement à l'usine de Brackley.

Une vidéo (voir ci-dessous) postée ce jeudi après-midi par Mercedes sur ses différents réseaux sociaux a permis de montrer que cette opération avait été réalisée dès mardi matin, peu de temps après l'arrivée de la monoplace à l'usine.

 

Dans l'habituelle vidéo de débriefing publiée par l'écurie après chaque Grand Prix, James Vowles, le stratège en chef de Mercedes, avait donné plus d'informations sur le problème qui a contribué à l'abandon de Bottas.

"L'ensemble du processus dure une seconde et demie, c'est tout. C'est le processus qui consiste à retirer un écrou, à changer une roue et à remettre le nouvel écrou en place. En conséquence, comme vous pouvez le constater, la marge d'erreur est très faible et si le moindre problème survient, cela ralentit l'arrêt ou potentiellement, dans un cas absolument désastreux, ce phénomène se produit."

Vowles a expliqué que le problème de Monaco s'était produit parce que le pistolet était arrivé sur l'écrou avec un léger angle, et que cela serait étudié et réglé pour les prochaines courses. "Nos écrous sont ce que nous appelons captifs, ils sont maintenus sur la roue et le pneu, donc lorsque la roue se détache, l'écrou part avec."

"Cet écrou doit maintenir la roue sur la voiture de manière à ce qu'elle puisse supporter des forces de 5 g au freinage et latéralement aussi. C'est une force énorme qui passe par l'essieu et l'écrou, et il est évident qu'il ne doit jamais se desserrer. Le pistolet est donc incroyablement puissant, à tel point que vous pouvez voir les mécaniciens se retenir, se tenir au sol, sinon ils seraient entraînés dans la rotation en même temps que le pistolet."

Lire aussi :

"C'est une force d'impact et ce qui se passe, c'est que l'écrou se desserre généralement en quatre ou cinq impacts. C'est une action de martelage. Ce qui s'est passé, c'est que nous sommes arrivés avec un léger angle, donc quand le connecteur a été connecté à l'écrou, il s'est légèrement incliné par rapport à lui et, en conséquence, au lieu de répartir la charge sur l'ensemble de l'écrou, elle a été appliquée sur une petite section, ce qui a arraché le métal et, en fait, tout le métal a été retiré de l'écrou."

"En conséquence, l'écrou était bien en place et nous n'avons pas pu le retirer. Clairement, c'est une circonstance qui a coûté cher à Valtteri et à l'équipe et nous allons mettre en place des mesures pour l'atténuer."

Concernant la décision de ramener la voiture à l'usine pour procéder au retrait, il a expliqué : "Nous avons entrepris certaines démarches à Monaco pour essayer de la retirer, certaines pendant l'arrêt au stand, d'autres juste après, mais nous avons finalement conclu que pour retirer cet écrou, nous aurions besoin d'un équipement assez lourd et spécialisé, et qu'il serait préférable de le faire ici à l'usine."

"Plus encore, cela nous donne l'occasion de faire une autopsie pour comprendre comment l'écrou a été usé et recueillir des indices pour nous permettre de faire un meilleur travail à l'avenir."

partages
commentaires

Related video

Tsunoda : Gasly est plus fort avec le vent
Article précédent

Tsunoda : Gasly est plus fort avec le vent

Article suivant

Piastri et Zhou ont roulé avec Alpine à Silverstone

Piastri et Zhou ont roulé avec Alpine à Silverstone
Charger les commentaires