Michelin - "Nous préférons être en MotoGP"

Michelin sera-t-il candidat officiel à la fourniture des pneumatiques en F1 à partir de la saison 2017 ? Si le manufacturier français avait confié qu'il avancerait ses idées à la FIA, aucun dossier n'a encore été déposé à ce jour auprès de l'instance dirigeante du sport automobile, et il y a désormais des raisons de croire que cela n'arrivera pas.

Bibendum le martèle : la F1 l'intéresse à condition de pouvoir agir en adéquation avec sa politique. Concrètement, cela signifie que Michelin veut proposer des gommes plus endurantes, avec lesquelles les pilotes pourraient attaquer à leur guise. Mais surtout, la firme tricolore ne veut plus entendre parler de la taille des pneumatiques actuels, trop éloignée de ce qui est aujourd'hui employé sur les véhicules de route.

 

Lire aussi : Pourquoi la F1 et les motoristes n'attendent pas après Michelin

"Les pneumatiques actuellement utilisés en Formule 1 sont opposés à notre philosophie," déclare Nicolas Goubert, Chef du Programme MotoGP de Michelin. "Les pneus 13 pouces ne sont pas utilisés sur les voitures de série et, de plus, ils offrent une fenêtre de performance optimale avoisinant les dix tours, ce qui n'est absolument pas ce que nous désirons montrer."

Michelin ne veut pas se mêler à la politique en F1

Au-delà des considérations purement sportives, Michelin ne semble pas intéressé par un rôle politique en Formule 1. Les pouvoirs exécutifs comme la Commission F1 et le Groupe Stratégique ne semblent guère attirer le manufacturier, qui donne l'impression de vouloir se contenter de fournir des pneumatiques, point à la ligne.

Mais en F1, il est difficilement envisageable de devenir fournisseur (unique ou pas) sans se confronter à la réalité du terrain et aux grandes questions qui occupent actuellement les hauts dirigeants du sport. Il est dès lors légitime de se demander si la F1 suscite réellement l'intérêt de Michelin à ce jour, car si la firme clermontoise se montre intéressée pour équiper les écuries, elle ne désire visiblement pas faire le jeu de la discipline.

 

Lire aussi : Interview - Le retour de Michelin en MotoGP supposait un challenge technique

Goubert est d'ailleurs allé plus loin, en mettant ouvertement en question l'éventuel dossier de candidature attendu par la FIA pour le 17 juin, dernière limite : "Je ne pense pas que Michelin répondra à l'appel d'offres de la FIA, car nous préférons clairement être en MotoGP."

En effet, après avoir quitté la discipline fin 2008, la marque retrouvera le MotoGP dès 2016 en lieu et place de Bridgestone, actuel fournisseur unique des deux roues.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags appel d'offres, fia, gommes, michelin, pneumatiques, pneus