Mitch Evans approuve la nouvelle Super-Licence

Depuis qu'elles ont été annoncées par la Fédération Internationale de l'Automobile, les nouvelles conditions d'obtention de la Super-Licence ne laissent personne indifférent

Depuis qu'elles ont été annoncées par la Fédération Internationale de l'Automobile, les nouvelles conditions d'obtention de la Super-Licence ne laissent personne indifférent.

Tandis que l'idée a reçu un accueil positif, quoique tempéré par les critiques concernant le faible nombre de points attribués à la Formule Renault 3.5 et à la Formule Renault 2.0, certains acteurs ne se sont que peu exprimés à ce sujet : les principaux intéressés, à savoir les jeunes pilotes d'aujourd'hui !

Mitch Evans, qui a couru en GP2 lors des deux dernières saisons, fait partie des pilotes à qui le nouveau système aurait accordé une Super-Licence pour 2015, notamment grâce à son titre GP3 de 2012. Il est également le seul champion GP3 à ne jamais avoir pris le volant d'une Formule 1, tandis que presque tous ses pairs ont couru dans la catégorie reine du sport automobile. Doté de cinquante points alors que quarante sont nécessaires, il est favorable à cette nouvelle mesure, sans surprise.

"Beaucoup d'équipes prennent des pilotes avec beaucoup de soutien financier, ce qui rend la vie difficile pour les pilotes sans argent", souligne Evans dans les colonnes de Speedcafe.com. "Je pense que le nouveau système de points est l'une des meilleures règles qui soient sorties lors de ces dernières années".

"Avec ce nouveau système de points, on peut espérer que la crème des pilotes se démarque et que les pilotes qui méritent la chance d'être dans la catégorie reine du sport automobile l'auront", poursuit-il. "Certains arrivent vraiment de nulle part en termes de résultats, ils ne se mettent pas en valeur par rapport aux autres, et pourtant, ils obtiennent des essais en F1, ce qui est vraiment une blague".

Cette mesure est donc un boost pour Evans, qui voit la plupart de ses rivaux tomber sous le seuil des quarante points.

"Le public n'est pas stupide : les gens savent que certains des pilotes ne méritent pas d'y être, donc j'espère que cela aura un impact positif. Ce n'est pas crucial, mais cela donne encore plus de motivation car il y a de meilleures chances d'obtenir une Super-Licence", conclut-il.

Dans l'optique de 2016, cependant, le Néo-Zélandais devra finir dans le top 4 du GP2, s'il y court toujours, pour combler la perte des trente points de son titre GP3.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mitch Evans
Type d'article Actualités