Monaco 1996, la dernière victoire française en F1

Olivier Panis est le dernier vainqueur français d'un Grand Prix de F1

Olivier Panis est le dernier vainqueur français d'un Grand Prix de F1. Une course dont tous se souviennent, puisqu'il s'agit de l'incroyable Grand Prix de Monaco 1996! Olivier Panis relate cette course spéciale pour ToileF1...

Une question de feeling

Monaco est un GP très particulier! Un circuit atypique. Certains pilotes adorent Monaco, d’autres ne l’aiment pas. Pour moi, c’est vraiment du feeling pilote, car on ne peut pas parler de sécurité, de circuit avec de vrais repères.

Cela reste un circuit sur lequel on connaît l’importance d’un résultat. Il est indispensable de rouler autant que possible en essais libres, car l’on gagne énormément sur soi-même. C’est presque plus important que de rechercher les petits réglages pour les derniers dixièmes.

Monaco 1996, une course incroyable! 1996 était une course très bizarre ! Je savais que je serais rapide, car la voiture l'était et j’étais dans les temps pendant les essais libres et le début des qualifs. Malheureusement, on a cassé un moteur en qualifs et je suis parti 14ème. Et puis il y a eu la pluie ! C’est le seul moment où l’on peut dépasser à Monaco. J’avais doublé 7 voitures et l’on avait fait un super ravitaillement, me faisant ressortir 3ème ou 4ème. Après, c’est l’état de grâce, j’ai eu de la réussite. Monaco fut un GP tellement particulier pour moi ! On m’a appelé des stands à 5 tours de l’arrivée pour me dire que j’allais tomber en panne d’essence ; je ne montais plus tous les rapports… Ce fut une course incroyable ! Dans le dernier tour, trois ou quatre mecs s’accrochent ! Tout est possible à Monaco. Si l’on a un bon feeling et une voiture moyenne, un résultat est possible. Un moment magique Ça reste un très beau souvenir évidemment! L’équipe était en difficultés, ça a relancé Ligier. C’était ma première victoire ; ça m’a donné beaucoup de crédit. Ce fut un moment magique. Mais j’ai eu d’autre super feelings sur d’autres GP, surtout durant la saison 1997 avec une voiture performante avec laquelle j’arrive 2nd à Barcelone et 3ème au Brésil et me battais pour la pole. Tous les pilotes rêvent de gagner Monaco au moins une fois dans leur carrière.
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Olivier Panis
Type d'article Actualités