À Monaco, Mazepin "n'a jamais été aussi heureux" de l'année

Nikita Mazepin est en passe de voir le bout du tunnel dans les rues de Monaco.

À Monaco, Mazepin "n'a jamais été aussi heureux" de l'année

Les débuts de Nikita Mazepin en Formule 1 ont été des plus compliqués. Lors des quatre premières manches de la saison, le Russe s'est fait remarquer pour les mauvaises raisons et n'a jamais pris le pli de sa Haas VF-21, contrairement à son coéquipier Mick Schumacher qui a su briller en qualifications comme en course. Mais les rôles semblent s'inverser au Grand Prix de Monaco, cinquième rendez-vous de la saison.

Bien que les deux pilotes découvrent l'expérience des rues étroites de la Principauté au volant d'une Formule 1, Mazepin et Schumacher ont déjà roulé à Monaco par le passé. En 2019, le premier avait rallié l'arrivée des deux épreuves de Formule 2 dans les points tandis que le second avait connu un week-end bien plus difficile. Et le succès en catégorie junior semble avoir aidé Mazepin puisqu'il s'est chargé de signer les meilleurs temps de Haas en Essais Libres 1 (1'14"616) et en Essais Libres 2 (1'14"407). Une performance qui l'a satisfait au plus haut point, comme l'a expliqué son directeur, Günther Steiner.

"Je pense que [Mazepin] a fait un bon travail aujourd'hui", a déclaré l'Italien au terme de la première journée d'essais. "J'ai parlé avec lui, il m'a dit qu'il n'avait jamais été aussi heureux depuis qu'il est en Formule 1. Il a fait du bon travail, aucune erreur, et s'est amélioré tour après tour. Et, vous savez, nous avons encore un peu de chemin à faire mais je pense que nous sommes sur la bonne voie."

Lire aussi :

Il semble que ces deux séances d'essais libres du jeudi aient suffi pour que Mazepin gagne la confiance qui lui manquait au volant de la VF-21, ce qui est assez surprenant sur un circuit étroit comme celui de Monaco, où la moindre erreur se paie au centuple. Mick Schumacher l'a démontré en brisant sa suspension en fin d'Essais Libres 2.

"[Mazepin] se sent en confiance dans la voiture, c'est ce qu'il m'a dit", a poursuivi Steiner. "Il ne pensait pas qu'il s'amuserait autant. C'est peut-être un peu [surprenant] mais ça allait mieux se passer pour lui à un moment ou à un autre. Mais je pense que c'est aussi dû au temps passé dans la voiture. Il en est maintenant à son cinquième week-end de course. Il prend de plus en plus l'habitude."

S'il est très heureux, le pilote russe ne se prend pas à rêver d'un week-end sortant de l'ordinaire pour autant. Son sourire devrait disparaître lorsque les drapeaux bleus lui seront présentés pendant la course. Il sera alors assez difficile de s'écarter du chemin pour laisser passer les monoplaces les plus rapides, un moment que redoute l'intéressé.

"Monaco est tout simplement incroyable", a-t-il lancé. "Que vous soyez pilote ou non, c'est impressionnant. Je me suis tellement amusé dans la voiture, c'est comme si c'était un jour de congé, c'était vraiment cool. Pour ce qui est de la suite du week-end, il y a beaucoup moins de place pour laisser passer les voitures ici, et nous ne nous faisons pas d'illusions sur le fait d'être doublés en course avec notre rythme actuel."

Propos recueillis par Oleg Karpov

partages
commentaires

Related video

Comment Ferrari a gagné un coûteux test Pirelli prévu pour Mercedes
Article précédent

Comment Ferrari a gagné un coûteux test Pirelli prévu pour Mercedes

Article suivant

Un aileron arrière flexible vaudrait jusqu'à 0"5 au tour

Un aileron arrière flexible vaudrait jusqu'à 0"5 au tour
Charger les commentaires