Monteiro - "La F1, ça doit être technologie et vitesse à outrance!"

Aujourd'hui pilote officiel Honda en WTCC, Tiago Monteiro a également multiplié les expériences en Endurance, avec cinq participations aux 24 Heures du Mans dont la dernière en LMP1 cette année. Mais le pilote portugais a également connu ce qu'il considère comme l'âge d'or de la F1 en matière de vitesse pure.

Titulaire chez Jordan GP - devenu ensuite Midland puis Spyker - en 2005 et 2006, Monteiro a pris le départ de 37 Grand Prix. Aujourd'hui, c'est avec un œil de passionné qu'il continue de suivre attentivement l'évolution de la catégorie reine, non sans une pointe d'inquiétude.

"Elle a l'air de s'éloigner de plus en plus de la Formule 1 que j'ai connue", constate Monteiro au cours d'un entretien accordé à Motorsport.com. "A l'époque de 2004 et 2005, c'était celle de tous les records. J'ai eu la chance de piloter en F1 à l'époque où c'étaient des bolides incroyables, tant au niveau des moteurs avec les V10 et V8, avec 20.000 trs/min, qu'au niveau de l'aéro impressionnante ; il y avait aussi une guerre des pneus impressionnante entre Bridgestone et Michelin. C'était vraiment la performance optimum."

La technologie affecte le naturel

Celui qui a décroché un podium en F1 lors du controversé Grand Prix des Etats-Unis 2005 se souvient de la vingtaine de boutons qui étaient à sa disposition sur son volant. Un chiffre qui a depuis grimpé en flèche, nécessitant une véritable gymnastique et un nouveau talent pour les pilotes actuels.

"Aujourd'hui, c'est plus de la technologie", précise-t-il. "Ils essayent d'innover avec tous ces systèmes de récupération d'énergie, et ça fait qu'il y a une concentration de plus en plus énorme sur cette partie-là et de moins en moins sur la partie performance et pilotage."

"Comme Alonso et d'autres pilotes le disaient, la voiture aujourd'hui est tellement devenue électrique et technique qu'elle est de moins en moins naturelle à conduire. Il faut vraiment savoir utiliser les aides et systèmes électroniques. C'est pour ça que les jeunes pilotes s'adaptent très bien, car ils sont déjà un peu plus habitués à toutes ces technologies."

Une évolution qui peut préoccuper les fans

Cette évolution, Monteiro la juge dangereuse, pas sur le fond mais sur l'impact qu'elle peut avoir sur la perte d'attractivité de la discipline, qui ne permet plus autant aux pilotes d'occuper une place centrale.

"Je suis un peu préoccupé quand même ; la F1 perd un peu de son intérêt, même pour des fans comme nous, qui sommes des acteurs du milieu", regrette-t-il. "Il faut faire attention à la direction qu'elle va prendre, car si ça continue comme ça elle ne va pas dans le bon sens. Elle perd de plus en plus d'intérêt, de fans, de suivi et il faut vraiment rapidement diriger le pas pour que ce soit à nouveau excitant. Il faut bien réfléchir à ce qu'ils vont faire pour les prochaines années…"

Le bruit toujours essentiel?

Des pistes sont actuellement à l'étude et des solutions en cours de réflexion pour améliorer la F1 au plus vite, notamment à l'horizon 2017. Beaucoup de propositions circulent et certaines seront conservées, d'autres jamais appliquées. Interrogé sur sa vision idéale de la Formule 1, Tiago Monteiro estime que le sport doit retrouver certains fondements de ce qui a fait son succès à travers les différentes périodes.

"Beaucoup de gens peuvent dire que ça ne change rien, mais il faut que ça fasse du bruit! Les fans veulent du bruit", lance-t-il. "Je ne dis pas que la Formule E ne sera pas un succès, au contraire, mais une F1 doit faire du bruit. Attention, ce n'est pas ça qui va tout changer, mais c'est un point que je trouve important."

Ravitaillements et guerre des pneus

Le Portugais est également favorable à une guerre des pneumatiques, tout en faisant remarquer que la question de la réduction des coûts est absolument essentielle. Quant à l'idée d'un retour des ravitaillements en essence, il la soutient pleinement et peine à comprendre leur disparition il y a quelques années.

"Soit on s'arrête au stand, soit on ne s'arrête pas, mais s'arrêter seulement 2 secondes je trouve ça débile et dangereux", insiste-t-il. "Je ne dis pas que mettre de l'essence n'est pas dangereux, mais il faut un peu plus de spectacle à ce niveau-là. Ça fait partie de la F1. Je ne pense pas que mettre 100kg [de carburant] et aller au bout soit l'idéal."

Comme beaucoup d'autres l'ont déjà fait, Monteiro souhaiterait revoir une F1 capable de donner une place plus importante aux pilotes, afin d'amplifier la concurrence entre les stars du plateau. Une concurrence qui doit également se faire sur le plan technique, peut-être grâce à un règlement technique plus ouvert.

"Il y a aussi la situation aéro : il faut que les voitures bougent un peu plus. C'est très bien d'avoir enlevé le contrôle de traction, mais il faut que les voitures soient un peu plus nerveuses", conclut Monteiro. "La F1 doit être du sprint, ce doit être technologie et vitesse à outrance!"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Tiago Monteiro
Type d'article Interview
Tags avenir, f1, interview