Montezemolo : Marchionne est "jaloux" de la gloire passée de Ferrari

partages
commentaires
Montezemolo : Marchionne est
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
18 juin 2018 à 12:09

L'ancien président de Ferrari, Luca di Montezemolo, a déclaré qu'il était "triste" que son successeur Sergio Marchionne soit "très jaloux"de la gloire passée de l'équipe de Formule 1 italienne.

Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari fête sa victoire dans le Parc Fermé
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, arrive dans le Parc Fermé
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari, boit du champagne sur le podium
Le vainqueur Sebastian Vettel, Ferrari fête sa victoire sur le podium avec le trophée
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H sur la grille
Race winner Sebastian Vettel, Ferrari SF71H salue la foule à la fin de la course
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H

Les 23 années de Di Montezemolo en tant que président de Ferrari se sont achevées en 2014 après des tensions avec Marchionne, qui était alors et est toujours le patron de l'entreprise-mère de Ferrari, Fiat/Chrysler.

Marchionne a assumé la présidence de Ferrari après la démission de Di Montezemolo, quelques semaines avant la confirmation de l'arrivée de Sebastian Vettel en provenance de Red Bull. Vettel et Marchionne n'ont pour le moment pas mis fin à la disette de Ferrari en matière de titres, les derniers remontant à 2008 chez les constructeurs et à 2007 chez les pilotes, avec Kimi Räikkönen.

S'exprimant la semaine passée lors du lancement de la nouvelle exposition sur Michael Schumacher en Allemagne, Di Montezemolo a déclaré : "Je suis triste de voir que Marchionne est très jaloux du passé. C'est mal parce qu'être jaloux du passé veut dire que vous avez quelque chose d'étrange à l'esprit. Je suis très fier de ce que nous avons fait − Michael, Ross [Brawn], Todt −, tellement heureux de ce que nous avons fait."

"Bien sûr, Ferrari est toujours là, et j'espère qu'ils vont à nouveau pouvoir être en position de gagner, parce que Ferrari doit gagner, et pour la Formule 1, Ferrari est très important. Je suis toujours en contact avec quelques personnes là-bas, mais après 24 années, j'ai été très chanceux de gagner avec Niki [Lauda], avec Michael, avec Kimi ; 19 titres, c'est suffisant."

Vettel conseillé par Schumacher

Di Montezemolo était présent à l'événement qui se tenait à Cologne afin de soutenir la nouvelle exposition, qui compte de nombreuses pièces issues de la collection privée de Schumacher. L'Italien a déclaré que le septuple Champion du monde, toujours en convalescence après s'être blessé à la tête à ski en décembre 2013, avait été le premier à inviter Ferrari à évaluer Vettel.

"Je pense à Michael très souvent, je pense encore à lui à chaque week-end de course. Il était un supporter de Vettel, et quand j'ai engagé Vettel – parce que j'ai été la personne qui, juste quelques semaines avant de partir, a signé l'accord avec Vettel –, Michael était bien sûr heureux. Il m'a dit, quelques années avant cela, que Vettel, à son avis, était un bon pilote pour Ferrari."

La victoire de Vettel lors du dernier Grand Prix du Canada était sa 50e en F1 et la 11e avec Ferrari. Il devance désormais Lewis Hamilton d'un point au championnat pilotes 2018. "Michael a remporté de nombreux championnats avec nous, Seb malheureusement pas. J'espère qu'il va bientôt débuter une nouvelle ère, en gagnant [une série] de championnats comme Michael."

"Obtenir les mêmes résultats que Michael n'est pas facile [même] s'il est jeune et fort, un bon pilote, et cette année il a enfin une voiture compétitive. J'espère que Seb ne va pas avoir trop de pression. Il est solide, la voiture est bonne. Mercedes, jusqu'à maintenant, ne semble pas compétitif. Il y a beaucoup d'opportunités. Peut-être qu'il pourrait s'agir d'une bonne année."

Di Montezemolo s'est également souvenir du projet avorté de faire revenir Schumacher, qui s'était retiré de la F1 en 2006, pour remplacer Felipe Massa en 2009. Ce retour a été empêché par une blessure au cou du Baron Rouge liée à un accident de moto. C'est alors le troisième pilote Ferrari, Luca Badoer, qui avait hérité de cette lourde tâche.

"J'ai appelé Michael dans mon bureau, et j'ai dit : 'Michael, écoute, tu dois faire ça pour moi, pour Ferrari, tu dois revenir'. Pendant une demi-heure, il a été impossible de le convaincre, et après une heure, il a dit : 'OK, je ne peux pas dire non'."

"Il est arrivé au département de course comme un enfant, comme un jeune pilote, plein d'enthousiasme. Il est allé au Mugello pour faire un très bon test avec les anciennes voitures, mais malheureusement, après le test, son docteur a dit qu'il n'était pas [prêt]. Une mauvaise chose pour nous tous."

Prochain article Formule 1
La Brawn GP de 2009 sera dans F1 2018

Previous article

La Brawn GP de 2009 sera dans F1 2018

Next article

Les designers des F1 2019 vont "oublier les dépassements"

Les designers des F1 2019 vont "oublier les dépassements"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Shop Now
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités