Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
116 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
123 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
172 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
186 jours

Quand Montoya faisait une croix sur son rêve de F1

partages
commentaires
Quand Montoya faisait une croix sur son rêve de F1
Par :
24 avr. 2020 à 11:31

S'il a participé à 95 Grands Prix de 2001 à 2006 avec pas moins de 13 pole positions et sept victoires, Juan Pablo Montoya a un temps cru qu'il n'allait jamais pouvoir courir en Formule 1.

Auteur d'une carrière courte mais très réussie en formules de promotion, avec notamment la deuxième place puis le titre en F3000, Juan Pablo Montoya a toujours démontré un certain potentiel. Les 1er et 2 décembre 1997, à l'issue de sa première campagne dans l'antichambre de la Formule 1, il avait ainsi été convié par Williams à des essais à Barcelone, aux côtés de trois autres jeunes loups. Les chronos étaient sans appel : le Colombien avait tourné en 1'19"22, loin devant Max Wilson (1'20"40), Soheil Ayari (1'21"15) et Nicolas Minassian (1'21"43).

Lire aussi :

Montoya s'est ainsi assuré un rôle de pilote essayeur Williams pour 1998, dans l'ombre du Champion du monde en titre Jacques Villeneuve et de Heinz-Harald Frentzen. Mais lorsqu'il a fallu composer le line-up pour la saison 1999, Villeneuve se lançant dans l'aventure BAR, Williams a fait appel à Ralf Schumacher et à Alessandro Zanardi, double Champion CART en titre, au grand dam de Montoya.

Ce dernier se rappelle auprès du magazine MotorSport : "En fin de saison, j'étais devenu aussi rapide que les pilotes Williams titulaires en essais, j'étais Champion de F3000 et tout le monde s'attendait à ce que je coure pour Williams en 1999. Moi aussi. J'avais un contrat Williams, c'était donc une évidence. Puis ils m'ont dit qu'ils allaient choisir Alex Zanardi et Ralf Schumacher. Je n'arrivais pas à y croire."

"Je suis rentré en Colombie et je me suis dit : 'Si je dois passer une autre saison à ne faire que des essais, je ne courrai jamais en F1'. Si l'on passe plus d'une saison comme pilote d'essais, on est coincé. On travaille dur, puis on est dégagé pour faire de la place à un autre jeune. Comme [Jean-Christophe] Boullion, qui a été essayeur chez Williams avant moi. Qui se rappelle ce qu'il est devenu ?"

"Eddie Jordan m'a appelé et voulait me proposer un volant, mais Williams m'a averti : 'Tu ne peux pas discuter avec lui, tu es sous contrat avec nous'. L'insulte suprême, c'est quand ils m'ont dit : 'On va faire des essais à Barcelone avec Zanardi, et on veut que tu viennes l'aider'. J'ai dit que je n'allais pas le faire, mais ils m'ont dit que j'étais obligé parce que j'avais un contrat. Je l'ai donc fait, et bien sûr, j'étais plus rapide que Zanardi."

Juan Pablo Montoya, Williams Mecachrome

Il poursuit dans le podcast Beyond The Grid : "Je me suis dit : tant pis, je pars aux États-Unis. [Chip Ganassi] a dit : 'Voici le contrat. Voici ton salaire. Tu ne modifies rien, tu n'as plus qu'à signer'. J'ai dit qu'il fallait que j'en parle à Frank [Williams] ; Frank m'a dit que ce n'était pas un problème. C'était un contrat de trois ans. Je pensais faire carrière aux États-Unis ; j'allais piloter la voiture de Zanardi, qui avait remporté les deux derniers championnats. Pour moi, avec un contrat de trois ans, la F1, c'était fini."

D'autant que Zanardi, lui aussi, avait signé avec Williams pour trois ans, mais les deux parties se sont séparées dès la fin de la saison 1999, l'Italien n'ayant pas marqué le moindre point. De son côté, Montoya a remporté le championnat CART cette année-là, puis l'édition 2000 des 500 Miles d'Indianapolis, si bien que Frank Williams lui a fait l'offre dont il rêvait dès le mois de juin suivant, alors que le jeune rookie Jenson Button n'avait inscrit que trois unités depuis le début de la saison.

"J'étais à l'hôtel en Colombie", se rappelle Montoya. "[Williams] m'a appelé et m'a demandé si je voulais courir en Formule 1 l'année suivante. J'ai dit : 'J'adorerais, mais je ne peux pas, car j'ai un contrat avec Ganassi'. Il a répondu : 'Mais tu en as envie ?'. J'ai dit oui. Il a conclu : 'Je vais m'en occuper'. Bon, je vais courir en Formule 1 ! Il m'a dit : 'Voici le salaire que je peux te verser', mais je lui ai répondu que je m'en moquais, car je voulais juste courir en Formule 1." Ce qu'il allait faire avec un certain succès.

Les premiers essais de Montoya chez Williams en photos

Cliquez sur les flèches pour passer d'une image à l'autre.

Diapo
Liste

Juan Pablo Montoya, Williams

Juan Pablo Montoya, Williams
1/3

Photo de: Sutton Motorsport Images

Juan Pablo Montoya, Williams

Juan Pablo Montoya, Williams
2/3

Photo de: LAT Images

Juan Pablo Montoya, Williams

Juan Pablo Montoya, Williams
3/3

Photo de: Sutton Motorsport Images

Article suivant
La FIA peut désormais modifier le règlement F1 plus facilement

Article précédent

La FIA peut désormais modifier le règlement F1 plus facilement

Article suivant

Heidfeld : Vettel avait l'avantage sur Leclerc en course

Heidfeld : Vettel avait l'avantage sur Leclerc en course
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , IndyCar
Pilotes Juan Pablo Montoya
Équipes Chip Ganassi Racing , Williams Racing
Auteur Benjamin Vinel