Montoya - "Les pilotes européens sont très faibles mentalement"

partages
commentaires
Montoya -
Par : Benjamin Vinel
9 févr. 2017 à 17:45

À l'âge de 41 ans, après 25 saisons de carrière, Juan Pablo Montoya a une certaine expérience du sport automobile.

Départ : Ralf Schumacher prend la tête devant Juan Pablo Montoya
Ralf Schumacher et Juan Pablo Montoya
Ralf Schumacher et Juan Pablo Montoya
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 sur le podium avec Juan Pablo Montoya
Juan Pablo Montoya devant Michael Schumacher
Michael Schumacher bataille avec Juan Pablo Montoya
Michael Schumacher et Juan Pablo Montoya

Montoya a passé de nombreuses années en IndyCar, en Formule 1 et en NASCAR, remportant les 500 Miles d'Indianapolis en 2000 et en 2015, ainsi que le Grand Prix de Monaco 2003. Il s'est même imposé lors de l'édition 2017 de la Course des Champions.

Ainsi, Montoya a côtoyé des pilotes parmi les plus grands, notamment associé à Ralf Schumacher chez Williams et à Kimi Räikkönen chez McLaren, tandis qu'il a également joué le titre face à Michael Schumacher en 2003. Selon le Colombien, une tendance se dégage : les pilotes européens résisteraient mal à la pression.

"J'ai beaucoup appris aux côtés de Ralf", déclare Montoya dans une interview avec le site officiel de la F1. "Il était vraiment rapide. Mais je pense que les pilotes européens sont très faibles mentalement. On peut les déstabiliser très facilement. Je pense que cela explique ce que l'on voit et ce que l'on a toujours vu en Formule 1."

"Quand les choses vont dans leur sens, ils sont très forts. Quand Lewis [Hamilton] gagne, il est irrésistible. Mais quand les choses se passent mal, c'est tout l'inverse, c'est énorme. Si les voitures étaient plus proches les unes des autres, je pense qu'on verrait d'autres pilotes gagner."

Cependant, ce qui s'applique selon Montoya pour les pilotes européens n'est pas forcément véridique concernant chacun d'entre eux : le septuple champion du monde Michael Schumacher, pilote le plus victorieux de l'Histoire avec sept titres mondiaux et 91 succès, échapperait à la règle.

"Michael était l'un des rares pilotes qui soient vraiment forts mentalement", affirme celui qui a connu des passes d'armes musclées avec l'Allemand par le passé. "Il était possible de le déstabiliser, mais il était très solide."

"Ralf, en revanche... Ralf était quasiment invincible, mais on pouvait le battre à son apogée, on pouvait le déstabiliser. Vous voyez ce que je veux dire ? C'était dur. Nous avons tous des faiblesses, il faut juste trouver lesquelles."

Juan Pablo Montoya a passé les trois dernières saisons en date en IndyCar, avec plusieurs victoires au compteur, mais a été remplacé par Josef Newgarden chez Penske pour la saison 2017, où il disputera néanmoins les 500 Miles d'Indianapolis.

Prochain article Formule 1
Stroll "impatient" d'avoir Massa "comme mentor"

Previous article

Stroll "impatient" d'avoir Massa "comme mentor"

Next article

Renault Sport s'implante au Paul Ricard

Renault Sport s'implante au Paul Ricard