Montoya rappelle à Norris son expérience d'Interlagos en 2001

Juan Pablo Montoya insiste énormément sur la confiance décuplée que va gagner Lando Norris malgré sa victoire manquée à Sotchi.

Montoya rappelle à Norris son expérience d'Interlagos en 2001

L'épreuve a beau être rude à encaisser pour Lando Norris, nombreux sont ceux qui estiment déjà que le pilote britannique ressortira plus fort de ce qu'il a vécu au Grand Prix de Russie dimanche dernier. Privé d'une victoire qui lui tendait les bras quand la pluie est arrivée et a entraîné McLaren vers une mauvaise décision, il doit digérer, mais pour Juan Pablo Montoya, sa confiance sera maintenant décuplée.

Vainqueur de sept Grands Prix de F1 au début des années 2000, le Colombien figure parmi la longue liste de ceux qui ont d'abord vu un premier succès leur filer entre les doigts. Accroché par le retardataire Jos Verstappen à Interlagos alors qu'il s'était imposé au forceps dans son duel avec Michael Schumacher, celui qui pilotait alors pour Williams avait tout perdu. Ou presque, car il se souvient parfaitement de son état d'esprit dans la foulée…

"C'est fou parce que je sais à quel point il est déçu, mais si l'on prend du recul, il menait un Grand Prix", explique Montoya au micro de Motorsport.tv. "Oui, tu n'as pas gagné, mais tu étais sur le podium, tu as mené la majorité du Grand Prix, tu n'as pas fait d'erreur. Avec le recul, 90% du plateau aurait adoré faire ce que Lando a fait. Il a prouvé qu'il pouvait faire le job, c'est le plus important. Ce qu'il va retirer de cette expérience positive, c'est de savoir qu'il peut faire le job."

"C'est un petit peu ce qui m'est arrivé au Brésil quand Jos m'est rentré dedans. Tout le monde pensait que j'étais vraiment énervé, et j'étais en fait vraiment heureux, car j'avais doublé Michael et je menais un Grand Prix. Dans mon esprit, je me disais : 'Je peux le faire, je peux vraiment le faire'. Si vous commencez à croire en vous comme ça, que vous pouvez faire le job, ça devient assez facile."

Je ne pense pas qu'il faille blâmer quelqu'un pour ce qui s'est passé.

Juan Pablo Montoya

Ce que Montoya retient également, c'est la forme ascendante de McLaren, qui aurait pu remporter un deuxième Grand Prix consécutif après le succès de Daniel Ricciardo à Monza. La marge de progression est encore grande à Woking, et le Colombien pose un regard optimiste sur son ancienne écurie.

"Je pense que c'est vraiment bien, Daniel fait aussi vraiment du bon travail, et il est de plus en plus fort avec la voiture, c'est bien à voir", insiste-t-il. "Je crois que Lando fait un travail incroyable aussi, il a une très chouette alchimie avec l'équipe. Oui, ils ont gagné le Grand Prix précédent, mais ils n'ont pas été suffisamment souvent en position de gagner des courses. Et quand vous ne l'êtes pas en permanence et que vous êtes sous pression, alors les erreurs arrivent. Ça prend un peu de temps pour faire en sorte de prendre les bonnes décisions. Je ne pense pas qu'il faille blâmer quelqu'un pour ce qui s'est passé. Au niveau de l'équipe, ils ont fait un travail incroyable. Ça n'a juste pas tourné dans leur sens."

Lire aussi :

partages
commentaires
Comment Mercedes a convaincu Hamilton de rentrer au stand

Article précédent

Comment Mercedes a convaincu Hamilton de rentrer au stand

Article suivant

Averse en Russie : qui a tiré son épingle du jeu ?

Averse en Russie : qui a tiré son épingle du jeu ?
Charger les commentaires