Sanctionner Norris et Pérez, "de la folie" selon Montoya

Juan Pablo Montoya a vivement critiqué la direction de course, qui a pénalisé Lando Norris et Sergio Pérez à la suite de manœuvres de défenses similaires lors du Grand Prix d'Autriche.

Sanctionner Norris et Pérez, "de la folie" selon Montoya

Une averse de pénalités s'est abattue au Grand Prix d'Autriche, sept pilotes ayant été épinglés par la direction de course pour diverses infractions. Parmi eux, Lando Norris a été pénalisé pour avoir poussé Sergio Pérez en-dehors de la piste. En début d'épreuve, Norris était sous la menace directe de Pérez pour la deuxième position. Une tentative au premier virage avait été défendue par le pilote McLaren en poussant son adversaire vers la zone de dégagement asphaltée. Puis une seconde, quelques mètres plus loin, a eu des conséquences plus importantes.

Encore une fois à l'extérieur de la piste, Pérez a été dans l'obligation d'emprunter le bac à gravier au virage 4, le faisant rétrograder à la dixième position. Devant désormais se battre avec les Ferrari et la McLaren de Daniel Ricciardo pour remonter au classement, le pilote Red Bull Racing s'est ensuite fait remarquer avec deux défenses similaires face aux attaques de Leclerc. 

La direction de course a été intransigeante : Norris a écopé de cinq secondes de pénalité et d'un retrait de deux points sur sa licence, Pérez a accumulé au total dix secondes de pénalité. Ces sanctions ont néanmoins été jugées très sévères pour certains, dont Christian Horner, directeur de Red Bull Racing, et Juan Pablo Montoya. Le pilote auteur de sept succès en F1 a pointé du doigt l'incohérence des commissaires concernant les dépassements par l'extérieur et a affirmé que les pilotes devaient être conscients des conséquences de ces manœuvres.

"Pourquoi est-ce pénalisé, est-ce parce qu'il y a du gravier ?", a-t-il lancé sur Motorsport TV Live. "S'il y a une zone de dégagement, pourquoi n'y a-t-il pas de pénalité, et pourquoi il y en a une au virage 4 ? Je pense que c'est de la folie. Si je devais prendre les décisions, je dirais [aux pilotes] qu'ils n'ont rien à faire à l'extérieur. On l'apprend dès le karting. Tous ces enfants ont grandi en apprenant que si quelqu'un essayait de les doubler par l'extérieur, il faudrait le chasser de la piste !"

"Alors, à quoi s'attendent [les pilotes] ? Pourquoi se mettent-ils en colère après avoir essayé de passer par l'extérieur ? Sergio est le meilleur exemple. Il a été poussé dehors parce qu'il était à l'extérieur et puis les choses se sont inversées, il était à l'intérieur et il a poussé un autre à l'extérieur."

Montoya a estimé que la FIA devrait rendre ses règles sur les batailles roue contre roue plus claires, tout en reconnaissant l'existence d'une zone grise concernant le moment précis où une voiture passe devant une autre, ce qui lui donne la priorité en piste. "Soit les pilotes ont le contrôle et courent librement, soit les commissaires disent qu'il faut laisser de la place", a déclaré le Colombien. "Et s'il faut partager la piste, alors il faut savoir quand laisser de la place en rendant un jugement. Et lorsque cela arrive, tout le monde devient vraiment, vraiment mécontent."

partages
commentaires
Comment la FIA justifie les pénalités de Norris et Pérez
Article précédent

Comment la FIA justifie les pénalités de Norris et Pérez

Article suivant

Le GP d'Autriche en 10 photos marquantes

Le GP d'Autriche en 10 photos marquantes
Charger les commentaires